Contre La Pollution !!!  
 
  Energies propres et sales ! 04/12/2016 16 04 15 (UTC)
   
 

Le 23 septembre 2006 : Un travail bénévole de S. M. que nous remercions vivement.
 

environnement, nature, écologique, bioDernières nouvellesTOUT EN BAS! Ascenseur expressEDF joue à saute mouton ave notre pognon, pendant qu'on attend toujours des énergies renouvelables.

énergies renouvelablesCampagne 2008" les agrocarburants, ça ne nourrit pas son homme"

 

Tout est énergie! Les plantes connaissent depuis toujours l'art de la capter et de l'utiliser de manière optimale. Cet art s'appelle la photosynthèse.

 

"On admet généralement que le pétrole, le gaz naturel et le nucléaire dit"à neutrons lents" (qui utilise l'uranium 235 dans les réacteurs conventionnels) seront largement épuisés avant la fin de ce siècle et le charbon avant deux ou trois siècles. Voilà pour le court terme." Hubert Reeves, Mal de Terre.

énergies renouvelablesLe pétrole : les gisements exploitables seront épuisés en 2050

environnement, nature, écologique, bioDates d'épuisement des richesses exploitables de notre planète au rythme actuel de consommation

énergies renouvelablesLes algues peuvent-elles sauver le monde?

Sables bitumineux, l'horreur!

énergies renouvelablesL'énergie marine : quatre projets à l'étude : http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=52849

 

environnement, nature, vert, écologie, biologique, planète TerreJanvier 2009 - Réduire les émissions du charbon, le meilleur scénario :

La combustion des combustibles fossiles, en particulier le charbon, le pétrole et le gaz, est responsable d'environ 80% de l'augmentation des émissions de dioxyde de carbone depuis l'ère industrielle. Une étude menée par la Nasa préconise de concentrer les efforts sur une réduction des émissions issues du charbon. Une solution présentée comme la plus réaliste pour limiter la concentration du gaz à effet de serre dans l'atmosphère en-deçà des niveaux dangereux.

 http://www.enerzine.com/41/6681+reduire-les-emissions-du-charbon-le-meilleur-scenario+.html

 

Alerte aux

 

Nouvelles technologies et magnats du pétrole

La grande manipulation des pétro-dollars

Mise en garde : Cet article est très contagieux. Il peut vous contaminer et vous rendre malade pour la Vie. Il n'existe aucun remède. La science ne pourrait pas vous sauver et vous seriez irrémédiablement perdus.

Il a été rédigé le 16 mars 2009 par Michel, l'un des 3 fondateurs de l'association Terre sacrée, "Seulement pour les fous!"
(Hermann Hesse dans "Le loup des steppes")

environnement, nature, écologique, bioLire l'article en question

 

"D'où viendra l'eau servant à cultiver des aliments pour nourrir une population mondiale croissante si elle est détournée par la production de céréales servant aux biocarburants", s'est interrogé David Trouba, le 13 août 2007.

_______________________

Remplir un réservoir de 95 litres d'éthanol pur nécessite environ 200 
kilos de maïs, c'est à dire assez de calories pour nourrir une 
personne pendant un an, relève le SIWI dans un dossier de presse
.

 

Plus que 200 ans de pollution! Et après vive la civilisation propre

santé de la planète

Au rythme actuel, il reste environ 40 à 60 ans de pétrole, 70 à 90 ans de gaz naturel, et plus de 200 ans de charbon. De quoi rendre notre atmosphère irrespirable en libérant, entre autres, le puissant gaz à effet de serre qu'est le CO2, lequel met environ un siècle avant d'être totalement réassimilé par les océans et le vivant.

A cause de l'emballement du réchauffement climatique qui résultera inévitablement de cette surabondance de CO2, puis à cause de la raréfaction des ressources énergétiques fossiles, notre civilisation telle que nous la connaissons sera amenée à disparaître, en risquant d'entraîner dans sa suite 95% des espèces vivantes.

Après, à partir de 2300, le taux de gaz toxique que nous aurons rejeté dans l'environnement pendant plus de 300 ans, commencera à décroître. L'humanité, si elle existe encore, sera alors obligée de s'en remettre à 100% aux énergies renouvelables. Mais ce devrait être fait depuis longtemps si les nations adoptent rapidement des mesures mondiales de sagesse capables d'éviter le pire.

Ce serait, par la force des choses, après la claque magistrale, la naissance d'une nouvelle civilisation basée sur le respect de la Terre.

Alors pourquoi ne pas commencer dès maintenant à polluer moins et hâter la naissance de cette civilisation propre? Quel gâchis ce serait que de perdre, pour des millions d'années, la formidable biodiversité actuelle des espèces!

N'attendons pas la fin du pétrole, du gaz et du charbon. Passons dès maintenant, sur toute la planète, aux énergies renouvelables!

Michel Walter, pour Terre sacrée, le 13 mars 2007

 

environnement, nature, écologique, bioComment réduire les émissions de CO2 grâce au captage et au stockage géologique?

Télécharger cette animation (format Flash.exe - 2 Mo

Un projet Européen : CASTOR

Objectifs

Proposé dans le cadre du 6ème Programme Cadre de Recherche et de Développement (PCRD) de l'Union Européenne, le projet CASTOR (CO2, de la Capture au Stockage) s'intéresse à la capture du CO2 dans des fumées de combustion mais également à son stockage géologique.

L'objectif principal du projet est de réduire de moitié les coûts de la capture du CO2 dans les fumées, pour passer de 40-60 euros par tonne de CO2 à 20-30 euros par tonne de CO2. Des travaux visant à développer, tester et optimiser de nouveaux procédés vont être menés par les partenaires.

Afin de valider les résultats obtenus en laboratoire, une unité pilote de capture a été construite sur le site de la centrale thermique au charbon de Esbjerg, opérée par Elsam au Danemark. Même si elle ne traite qu'une partie des fumées de la centrale thermique, cette installation, opérationnelle depuis le début 2006, est à ce jour une des plus grosses installations de ce type au monde (capture de 1 tonne de CO2 à l'heure).

Dans le domaine du stockage géologique du CO2, le projet CASTOR a pour objectif de développer et d'appliquer une méthodologie de sélection et d'évaluation des sites de stockage. Dans cet objectif, le projet étudie quatre types de stockages souterrains en Europe :

Un gisement pétrolier opéré par Repsol, au large des côtes nord-est de l'Espagne (gisement de Casablanca) dans lequel Repsol envisage d'injecter 500 000 tonnes de CO2 par an.

Un aquifère salin profond en mer du Nord (sur le site de Snøhvit opéré par Statoil et dans lequel Gaz de France est également partenaire). 750 000 tonnes de CO2 devraient être injectés annuellement à partir de 2007.

Un gisement de gaz en voie d'épuisement opéré par Rohoel AG, au Nord de l'Autriche (gisement de l'Atzbach-Schwanenstadt).

Un gisement de gaz en voie d'épuisement.

http://www.gazdefrance.com

 

 

environnement, nature, écologique, bio10 janvier 2007 :"Selon certains experts, il faudrait planter l'équivalent de la surface de la France en oléagineux pour faire rouler toutes les voitures du pays", a déclaré Antoine Sciandra, directeur de recherche du CNRS au laboratoire de Villefranche.

environnement, nature, vert, écologie, biologique, planète TerreL'huile de tournesol ou de colza comme alternative au pétrole?

 

 

Août 2006 : Nous consommons chaque jour dans le monde 100 millions de barils de pétrole (1 baril = 167 litres), soit chaque jour 16 milliards 670 millions de litres qui partent en fumée dans l'atmosphère. Sans parler du reste...

 

Réserves de pétrole dans le monde. Encore 40 ans?

 

Enercoop a le plaisir de vous annoncer le lancement de son offre d'électricité 100% renouvelable !

 

De l'énergie verte pour les particuliers!

environnement, nature, écologie, biologiqueLe 1er juillet 2007, tous les consommateurs d'électricité pourront quitter l'opérateur historique et choisir un fournisseur alternatif. Enercoop est aujourd'hui le seul opérateur à proposer une offre vraiment différente, respectueuse de l'environnement, et à impliquer dans son fonctionnement l'ensemble des acteurs, du producteur au consommateur.

 

 

environnement, nature, vert, écologie, biologique, planète Terre Quelles alternatives au pétrole?

 

Réconcilier en vitesse technologie et écologie, science et conscience

Si nous ne voulons rien céder de notre confort moderne et en permettre l'accès aux pays émergeants, notre civilisation technologique doit arrêter d'urgence de gaspiller pétrole et charbon, responsables du terrible réchauffement climatique, et se tourner à grande échelle, comme un seul homme, vers les énergies renouvelables tels que l'éolien et le solaire etc. Technologie doit réellement rimer avec écologie, sinon ce sera le chaos climatique qui emportera tout!

environnement, nature, écologie, biologiqueMille solutions alternatives existent mais il faut que l'industrie s'y penche sérieusement. Exemple : la pile à hydrogène pour équiper les véhicules, les maisons et les ordinateurs portables. A condition que pour la fabrication de l'hydrogène on emploie autre chose que des énergies qui détériorent le fragile climat de notre planète en émettant des gaz à effet de serre. Mais il y a un hic : selon des chercheurs, un passage brusque au tout hydrogène entraînerait une rétraction de 7 à 8% de la couche d'ozone aux deux pôles. (Lire l'article) Dommage! Il faut encore plancher.

Alors quoi? Quoi à la place du pétrole et du charbon?

Au risque de ne pas être compris, nous ne pouvons nous empêcher de nous tourner vers le projet Iter, le réacteur à fusion de l'hydrogène de Cadarache. Mais sera-t-il réellement non polluant? Et en 2050, date de l'implantation de réacteurs de ce type à l'échelle industrielle, (si le projet est faisable) ne sera-t-il pas déjà trop tard?

Michel Walter pour Terre sacrée le 24 octobre 2005

 

 

e

environnement, nature, vert, écologie, biologique, planète Terre

  environnement, nature, écologique, bioAlerte aux"biocarburants"!

 

Les solutions existent, si les industriels investissent à grande échelle :  Géothermie profonde, peut être le remède miracle à la crise de l'énergie et au réchauffement climatique - Solaire - Bioréacteur - Eolien : http://www.thewindpower.net/32-photos-eolien.php  - Hydrolique (énergie des vagues - Pélamis- et des marées : http://yotsumi.free.fr/TPE_energie_maremotrice/dev_part1.htm ) - Bio-énergétique - GPL (si filtre à la production) - Piles à hydrogène... Le carburant tournesol (oui mais dans une très faible proportion car, avec 9 milliards d'humains en 2050, les terres cultivables vont de plus en plus servir à nourrir les populations. Selon l'Américain Lester Brown, président du Earth policy Institute, il faut autant de céréales pour faire le plein d'un 4x4 que pour nourrir une personne pendant un an.)

 

environnement, nature, écologique, bioJanvier 2009 : Grosse centrale solaire au Portugal : http://www.bati-depot.fr/

Du biogaz avec des épluchures

Janvier 2008 : L'entreprise anversoise Thenergo s'est spécialisée dans la production d'électricité et de chaleur d'origine renouvelable (biogaz, biomasse et
gaz naturel). Depuis des années, Thernego produit de l'énergie durable et décentralisée, en construisant des centrales de dimension réduite, réparties dans tout le pays, offrant une efficacité optimale tout en répondant à la demande locale de chaleur ou d'électricité.

Son dernier projet en cours : Valmass est une unité biomasse implantée à
Westvleteren, qui produira prochainement de l'électricité à base d'épluchures de pommes de terre et autres déchets de légumes ! Le Principe ? Générer du biogaz à partir de ces déchets verts, qui est
ensuite brûlé dans une centrale de cogénération. Celle-ci produit de
l'électricité verte consommée en partie en interne et injectée sur le réseau, et de la chaleur entièrement utilisée localement. Avec un rendement électrique de 1,6 MW et thermique de 1,8 MW, Valmas couvrira,
avec 8.000 heures de fonctionnement par an, la consommation électrique de 1 500 ménages belges !

 

Les vents qui passent au-dessus de l'Europe représentent une énergie équivalente à celle de 100 000 centrales nucléaires !

http://www.futura-sciences.com/

 


Dans le cadre de la lutte contre le réchauffement climatique, la séquestration du CO2 apparaît comme une solution temporaire mais efficace. Plusieurs méthodes font l'objet d'études pour en réduire le coût en vue d'une exploitation à l'horizon 2020.


Lire l'actu

 

Une énergie d'avenir non polluante, inépuisable et indépendante du climat

La géothermie profonde consiste à profiter de la gigantesque bouillotte sur laquelle nous vivons ! à 40 kilomètres de profondeur, l'eau atteint une température d'environ 1 000° C, contre 200° C à 5 km. Cette chaleur est produite pour l'essentiel par la radioactivité naturelle des roches de la croûte terrestre. Elle provient également, pour une faible part, des échanges thermiques avec les zones internes de la Terre dont les températures varient de 1 000 °C à 4 300 °C. Cette chaleur peut alors être exploitée dans un cadre domestique ou professionnel, pour le chauffage des serres par exemple. http://www.news.fr/actualite

 

environnement, nature, écologique, bioLa géothermie profonde : peut-être le remède miracle à la crise de l'énergie et au réchauffement climatique ! Mais il faut faire vite...

environnement, nature, écologie, biologiquePresque personne n'en a entendu parler et pourtant elle pourrait régler la crise de l'énergie et sauver la planète du réchauffement climatique : il s'agit de la géothermie profonde.

Découvrir la géothermie profonde, chronique d'Hubert Reeves :  http://www2.canoe.com

 

La géothermie profonde : peut-être le remède miracle à la crise de l'énergie et au réchauffement climatique !

de Villers Grand-Champs Cédric -- le 31 mai 2006, depuis Arquennes Belgique

Cela consiste à forer deux puits parallèles de 5 kilomètres de profondeur dans la roche granitique. En effet, lorsqu'on s'enfonce dans les entrailles de la Terre, on se rapproche du magma en fusion et la température monte de 3O degrés centigrades tous les kilomètres. A 5 kilomètres la roche est donc à 165 °c environ, de quoi réchauffer l'eau qu'on injecte dans un puits et la faire ressortir dans l'autre sous forme de vapeur brûlante. Facile ensuite d'alimenter une turbine et de produire de l'électricité. Une énergie renouvelable, inépuisable et non polluante qui pourrait remplacer à terme toutes les énergies fossiles (le pétrole et le gaz qui vont manquer d'ici 2050 et le charbon dont les réserves sont estimées à 300 ans) et freiner l'augmentation de la température de notre planète.

http://www.arsitra.org/

 

 

L'huile de tournesol ou de colza comme alternative au pétrole?

 

Tout n'est pas si simple.

Oui, on peut mettre un petit peu de cet "or vert" dans l'essence ou le gazole." L'impact de la filière éthanol sur l'effet de serre est en effet environ 2,5 fois inférieur à celui de la filière essence. L'impact du Diester est 3,5 fois inférieur à celui du gazole."

Mais, au delà d'un certain pourcentage (qui reste à définir) on priverait tout simplement des hommes de nourriture. Nous avons en effet tous grand besoin du terroir pour notre alimentation.

Et raser les forêts tropicales restantes, pour y faire pousser des oléagineux qui alimenteraient nos voitures, n'est pas une solution viable!

C'est pour cela que nous ne pouvons pas vraiment classer l'huile de tournesol ou de colza (éthanol ou diester) parmi les énergies propres.

Dommage pour ceux qui y voyaient là LE remède miracle à la pénurie de pétrole et au réchauffement climatique.

Michel Walter pour Terre sacrée le 20 septembre 2006

environnement, nature, écologique, bioRéactions à ce message

 

Les bonnes raisons d'être contre Iter

La fusion atomique contrôlée, de l'énergie à gogo et sans aucun déchet ou une vessie? http://www.stop-iter.org/

 

 

Judith Genot, le 18 octobre 2007

 

 

 

Autres articles:

 

 

énergies renouvelablesLes algues et les algocarburants peuvent-ils sauver le monde?

Les algues pourraient servir à produire des biocarburants, les algocarburants, dont la production serait neutre en carbone et serait basée sur des cultures non alimentaires. Les algues avaient déjà rendu l'atmosphère terrestre viable il y a plusieurs millions d'années.

Algues et algocarburants

 

 

Un panneau solaire en peinture

L'énergie solaire, c'est écolo, mais couvrir nos toits de panneaux noirs c'est assez dissuasif. Grâce à la nanotechnologie, des capteurs solaires pourront bientôt être intégrés à n'importe quelle surface. Et en plus, ces nouveaux capteurs solaires marchent même par mauvais temps.

 

 

Eoliennes et vent de polémique

Eoliennes, énergie renouvelable Les articles et reportages fleurissent ces temps-ci sur la question des éoliennes, accusées de tous les maux. Etudions quelques-uns des "arguments" avancés par les anti-éoliens... qui sont la plupart du temps des pronucléaires mal déguisés.




Nucléaire : Mise au point pour ceux qui doutent bombe atomiqueTrois personnes (sur 11759 me direz-vous?) m'ont envoyé un message pour me "remercier" d'avoir fait passer l'article "Le charbon, énergie reine en 2050" http://energie. en m'accusant que Terre sacrée faisait de la propagande pour le nucléaire, alors que l'info à retenir vraiment de cet article est qu'en 2050, le charbon risque encore de régner en maître, polluant à tout va et ce jusqu'en 2158. Nous avons un dossier spécial dans le site sur le sujet auquel, au passage, très peu de gens ont réagi. Aurions-nous dû découper le paragraphe correspondant au nucléaire et mettre un trou à la place, devenant ainsi des censeurs et nous mettant hors la loi vis à vis du copyright? Aurions-nous dû afficher un panneau : "Attention cet article est radioactif!" Il me semble que chacun de nous a un cerveau et est en mesure de s'en servir et de se faire sa propre idée.

 

 

Dernier avatar: la centrale nucléaire portable

Une centrale nucléaire dans votre jardinCertaines informations fleurent bon le canular. Et pourtant... La société américaine Hyperion Power Generation s'apprête à développer des centrales nucléaires de petite taille. Portatives même puisqu'elles seront aisément transportables en train, par les voies navigables et même les routes. D'une hauteur moyenne de 1,5 mètre et d'une capacité de 25 MW électriques à 70 MW selon les modèles, elles seront destinées à alimenter l'équivalent d'environ 20000 maisons américaines.

 

Les algues et les algocarburants peuvent-ils sauver le monde?

Les algues pourraient servir à produire des biocarburants, les algocarburants, dont la production serait neutre en carbone et serait basée sur des cultures non alimentaires. Les algues avaient déjà rendu l'atmosphère terrestre viable il y a plusieurs millions d'années.

La suite sur : http://www.actualites-news-environnement.com/19621-algues-algocarburants.html

 

 

Les émissions cachées du nucléaire

environnement, nature, vert, écologie, biologique, planète TerreL'énergie nucléaire n'est pas neutre pour le climat. Une étude estime que la filière émet en moyenne 66 grammes de C02/kWh. L'énergie nucléaire est une source de production d'électricité qui n'émet pas de CO2." Ce leitmotiv de l'industrie nucléaire et de ses défenseurs tente de conforter l'image, ces dernières années, d'une filière de production d'électricité propre et neutre au plan des émissions de CO2. Et donc favorable à la lutte contre le réchauffement climatique... De l'autre côté du fleuve, ses opposants ne cessent de clamer que le nucléaire produit beaucoup de CO2 si l'on tient compte de l'ensemble du cycle de vie de l'atome, de l'extraction de l'uranium au démantèlement des centrales. Ainsi, le groupe de recherche d'Oxford n'hésite pas à projeter que si elle se maintient dans une proportion similaire, la filière nucléaire émettra en 2050 autant de gaz à effet de serre que les centrales au gaz les plus performantes en raison de la difficulté croissante d'extraire de l'uranium...Face à ces arguments polarisés, Benjamin Sovacool, chercheur à l'université de Singapour, s'est penché sur les 103 études publiées sur la question à ce jour (1). Ne retenant que les publications versées dans le domaine public et récentes, Benjamin Sovacool a dû éliminer pas moins de 81 % des recherches en raison de leur faiblesse méthodologique et de l'absence de critères reproductibles pour l'industrie.

 

 

A propos du réacteur nucléaire"miraculeux" à haute température

environnement, nature, vert, écologie, biologique, planète TerreDepuis quelques jours, il circule sur le net la traduction d'une interview publiée par le quotidien allemand Die Welt. L'interviewé fait l'apologie d'un réacteur - dit"à boulets", et fonctionnant à haute température (HTR) - supposé être véritablement "miraculeux" : pratiquement ni risques ni déchets, etc... Il est donc nécessaire d'apporter quelque commentaires avant que cette"information" n'ait abusée trop de monde.

 

Voiture électrique : vers une pénurie de lithium ?

environnement, nature, vert, écologie, biologique, planète TerreLe secteur automobile est à l'heure de l'électrique. Les producteurs de batteries au lithium s'associent avec des constructeurs automobiles comme NEC avec Nissan, Matsushita avec Toyota ou GS Yuasa avec Mitsubishi Motors. Sanyo, leader mondial dans le domaine des batteries lithium-ion, est en pourparlers avec Volkswagen. Certains pays ou entrepreneurs comme Shai Agassi, partenaire de Renault dans le développement des voitures électriques, ont d'ailleurs bâti des projets de stations de recharge de batteries comme la" Better Place".

 

De l'électricité à base de charbon, sans pollution: le géant suédois de l'énergie Vattenfall a inauguré mardi en Allemagne sa réponse à ce casse-tête, une centrale dont les émissions de dioxyde de carbone seront enfouies.

 

 

Mieux que l' hydrogène, la pile à hydrazine

environnement, nature, vert, écologie, biologique, planète TerreQuelle sera la voiture de demain ? La pile à combustible, qui produit de l'électricité utilisable ensuite par un moteur électrique, semble prometteuse. Sur ce segment, le constructeur japonais Daihatsu concocte un combustible alternatif à l'hydrogène : l'hydrazine.

 

 

Produire de l'hydrogène avec pour seule énergie le soleil

environnement, nature, vert, écologie, biologique, planète TerreLes laboratoires du monde entier s'acharnent à augmenter l'efficacité de la production d'hydrogène par électrolyse de l'eau afin de diminuer la consommation d'énergie nécessaire à cette réaction. L'objectif ultime est de parvenir à réaliser l'électrolyse avec un apport minimum d'électricité qui pourrait être produite à l'aide de cellules solaires. Des chercheurs australiens de l'Université Monash, du CSIRO et américains ont réussi, pour la première fois, à dissocier de l'eau en hydrogène et en oxygène en utilisant la lumière du soleil, une faible quantité d'électricité et un composé manganésifère.

Pomme de terre ou pétrole?

environnement, nature, vert, écologie, biologique, planète Terre

La pomme de terre est partout : dans l'assiette, les sacs plastiques, le réservoir de la voiture, etc. La patate a un avenir assuré mais doit-on l'utiliser comme substitut écologique quand 25 000 personnes meurent de faim chaque jour ?

 

 

En Allemagne, une centrale au charbon se veut sans émissions de CO2

environnement, nature, vert, écologie, biologique, planète TerreDe l'électricité à base de charbon, sans pollution: le géant suédois de l'énergie Vattenfall a inauguré mardi en Allemagne sa réponse à ce casse-tête, une centrale dont les émissions de dioxyde de carbone seront enfouies.

 

Les algues comme carburant propre

environnement, nature, vert, écologie, biologique, planète TerreLes tests faits en laboratoire révèlent que l'algue peut produire jusqu'à 19 000 litres de carburant par acre par année. En comparaison, pour la même surface et durant la même période, les noix d'un palmier produisent 2 500 litres, les fèves de soya 190 litres et le maïs 110 litres.

La fin du monde tel que nous le connaissons

environnement, nature, vert, écologie, biologique, planète TerreNous sommes drogués au pétrole, nous ne pouvons pas nous en passer, nous sommes prêts à tout pour continuer notre addiction. Nous, c'est-à-dire le tiers le plus riche des habitants de la planète. Cette situation, à elle seule, aura bientôt des conséquences dévastatrices dans tous les domaines, sur tous les continents. La hausse actuelle du cours des hydrocarbures n'est pas un simple choc pétrolier - comme ceux que nous avons affrontés en 1973 et 1979 - c'est la fin du monde tel que nous le connaissons.

 

La mort du pétrole, c'est l'occasion d'une nouvelle naissance

environnement, nature, vert, écologie, biologique, planète TerreENFIN. Enfin, bébé joufflu occidental se réveille. Une sérieuse menace plane. Est-ce l'extinction des espèces 100 à 1000 fois supérieure à la moyenne? Est-ce le fait qu'un cinquième de la population mondiale meurt de faim? Est-ce la dangereuse pollution du stock d'eau douce de la planète? Est-ce la menace du réchauffement climatique?

 

Un serpent pour dompter l'énergie des vagues

environnement, nature, vert, écologie, biologique, planète TerreLong de 170 mètres et composé de quatre cylindres, le Pelamis, nommé ainsi en référence au monstre marin de la mythologie grecque, devrait commencer à produire de l'énergie au large des côtes portugaises en octobre 2008.

Pile à combustible - La fée hydrogène : l'énergie de demain

environnement, nature, vert, écologie, biologique, planète TerreJusqu'il y a peu, on voyait dans les piles à combustible une solution de la"voiture propre de demain". Désormais, on envisage l'avènement d'une véritable"économie de l'hydrogène", car cet élément, inépuisable à l'échelle de la planète, peut devenir un vecteur énergétique aussi important que l'électricité. Ses avantages ? Il peut être produit dans un premier temps par reformage des hydrocarbures, mais aussi en s'appuyant sur les énergies renouvelables (donc sans émissions de CO2). Il peut être aisément stocké - ce qui n'est pas le cas de l'électricité. Il renforcerait considérablement l'indépendance énergétique de l'Europe.

 

Cinq fois plus de voitures à l'horizon 2050

environnement, nature, vert, écologie, biologique, planète TerreLe marché automobile a un bel avenir devant lui. Loin des interrogations sur les risques de voir la récession américaine contaminer les continents, les experts du Fonds monétaire international (FMI) annoncent que le parc mondial de voitures particulières va quintupler à l'horizon 2050. Il s'élève aujourd'hui à 600 millions de véhicules, se concentrant pour la plus grande part dans les pays"avancés", ce qu'on appelait autrefois les nations industrialisées. Aux états-Unis, pour mille personnes on compte un peu plus de 460 voitures et ce taux se situe autour de 400 dans les pays européens. Au milieu de ce siècle, pas moins de 2,9 milliards de véhicules seront en circulation, prévoit le FMI.


Générateur électrique utilisant l'énergie des vagues

environnement, nature, écologie, biologiqueL'équipe du professeur Hiroshi KANKI de l'université de Kobe a mis au point un nouveau mécanisme permettant de générer de l'électricité à partir du mouvement des vagues. Le dispositif qui a été présenté est composé d'une plate-forme de 6x9 m2, surmontée d'un gyroscope, relié à un générateur électrique.

 

 

Biocarburant humain : du biodiesel pourrait être produit à partir de graisse humaine

environnement, nature, écologie, biologique

Les chercheurs rivalisent d'ingéniosité pour essayer de trouver le biocarburant miracle qui balaierait petit à petit le pétrole. Un homme d'affaires norvégien Lauri Venoy va plus loin et se penche sur l'humain !

 

 

La Corse à la pointe des énergies renouvelables

environnement, nature, écologie, biologiqueLe pôle de compétitivité PACA-Corse, dédié aux énergies non génératrices de gaz à effet de serre, a lancé à Ajaccio un projet de plate-forme technologique destinée à devenir une"première mondiale" combinant énergie solaire et pile à hydrogène pour fabriquer de l'électricité à grande échelle.

 

 

 

Production d'électricité à partir de la paille agricole

environnement, nature, écologie, biologiqueLa Chine a construit 34 centrales produisant de l'électricité à partir de la paille issue de l'exploitation de la Terre. Construites dans les zones rurales de Chine, 3 sont entrées en service fin 2006. Quand elles seront toutes opérationnelles, ces centrales pourront fournir 1,2 million de kilowattheure (kwh) d'une énergie plutôt propre avec des répercussions positives sur l'environnement et les revenus des agriculteurs.

 

 

 

Sotavento : de l'hydrogène à l'aide d'énergie éolienne

environnement, nature, écologie, biologiqueLes expérimentations menées dans le parc expérimental de Sotavento à Monfera devraient débuter très prochainement. Leur but : obtenir de l'hydrogène à partir de l'eau en utilisant l'énergie éolienne. Les essais qui devraient se poursuivre tout au long de l'année sont financés à hauteur de 400.000 euros par le conseil de l'industrie et du gaz naturel.

 

 

Un" bioréacteur" qui transforme des micro-algues en biocarburant

environnement, nature, écologie, biologiqueRecycler les émissions de CO2 aux portes des installations industrielles les plus polluantes et produire par la même occasion des biocarburants à partir de micro-algues, grâce à un système ingénieux de" bioréacteur", c'est ce que se proposent de faire deux entreprises, l'une israélienne, l'autre américaine, qui se sont associées pour industrialiser le processus.

 

 

 

"Bio" diesel à la graisse de poulet. Le monde est fou !

environnement, nature, écologie, biologiqueSi ce n'était pas aussi pathétique, nous pourrions en rire : Une entreprise brésilienne est sur le point de produire un biodiesel à base de graisse de poulet. Le Brésil, très gros producteur de volailles envisage d'utiliser la graisse de ses volatiles en biocarburants, sachant qu'un kilo de graisse donnera un litre de biodiesel.

 

Produire plus de biocarburant avec du maïs OGM

environnement, nature, écologie, biologiqueLe biocarburant est annoncé comme un substitut possible à l'essence,  ainsi que le montre l'expérience menée actuellement au Brésil. Mais  sa production en masse nécessite des surfaces agricoles extrêmement 
importantes, un facteur limitant pour de nombreux pays. D'où l'idée  du chimiste américain Michael Raab d'"optimiser" génétiquement un  plan de maïs afin d'en tirer le maximum de biocarburant, en  l'occurrence du bioéthanol.

 

 

Paris : De l'hydrogène pour chauffer 283 logements

environnement, nature, écologie, biologique283 logements parisiens bénéficient d'un chauffage provenant d'une pile à combustible à hydrogène, installée porte de Brançion, dans le XVe arrondissement de Paris.

 

 

 

Les biocarburants, une avancée écologique ? Pas sûr. Les forêts tropicales en pâtissent

environnement, nature, écologie, biologiqueLa vogue des énergies vertes dans les régions développées a effet pervers : elle encourage la destruction des forêts tropicales. Des réserves d'orang-outans de Bornéo à la forêt amazonienne du Brésil, on rase les forêts vierges pour y faire pousser des palmes à huile et du soja qui servent de carburant pour les véhicules et les centrales électriques d'Europe et d'Amérique du Nord. De plus, une hausse des prix va probablement accélérer cette destruction.

 

 

Suite

Suite

 

Pour des énergies renouvelables compétitives

Développer une alternative aux énergies classiques comme le gaz, le charbon ou le pétrole est un enjeu majeur du XXIe siècle. D'une part, ces énergies sont épuisables, d'autre part, elles sont très polluantes en CO, CO2, NOx. L'hydroélectricité, l'éolien, le solaire ou la biomasse représentent des solutions alternatives de production énergétique qui ont l'avantage d'être, d'une part, renouvelables, et, d'autre part, de n'émettre que peu ou pas de gaz à effet de serre et de polluants. Ces énergies participent donc à l'ambition d'un développement durable.

 

 

Plus de 50 % de hausse de la consommation d'énergie d'ici 2030

Selon une étude récente de l'Agence internationale de l'énergie, la consommation énergétique mondiale devrait augmenter de plus de 50 % d'ici 2030, pour atteindre 16,3 milliards de tonnes d'équivalents pétrole.
 

 

Des chercheurs découvrent un vilain défaut de plus à l'hydrogène

Pile à hydrogène de 300WSelon des chercheurs du California Institute of Technology (Caltech), la généralisation du moteur à hydrogène provoquerait une extension du trou de la couche d'ozone. Et ce, en raison des fuites de gaz inévitables que cela engendrerait.

 

 

Pile à hydrogène et fusion nucléaire

environnement, nature, écologie, biologiqueLa pile à hydrogène pourrait être une bonne alternative aux combustibles fossiles comme le pétrole. Ainsi des marées noires ou qui sait : des guerres !  pourraient être évitées, ainsi que l'émission de gaz à effet de serre comme le CO2 . L'eau, qui est une molécule composée d'hydrogène et d'oxygène (formule chimique de l'eau : H2O, 2 atomes d'hydrogène pour un atome d'oxygène), sous l'effet de l'électrolyse se sépare en ces deux gaz qui la composent. Inversement si l'on fait se rencontrer ces deux gaz aux travers d'une pile spéciale on crée de l'électricité. Le produit de cette réaction chimique redonne naissance à de l'eau. Des voitures expérimentales étant pourvues d'un tel système fonctionnent déjà.

 

 

La pile à hydrogène : carburant alternatif ?

La flambée du prix du baril de pétrole en 2005 a suscité de la part des médias et des consommateurs en énergie un intérêt croissant pour les énergies dites alternatives. C'est notamment à propos des carburants pour automobile et des combustibles pour le chauffage domestique que les réflexions sont les plus abondantes.

 

D'importants  défis technologiques attendent ITER

environnement, nature, écologie, biologiqueDans le concert enthousiaste qui a salué l'annonce de l'implantation du réacteur expérimental à fusion thermonucléaire ITER à Cadarache (Le Monde du 29 juin), il ne s'est guère trouvé que les écologistes pour faire entendre une voix discordante. "Dangereux" et "coûteux", ce projet "pharaonique" constitue à leurs yeux "une impasse", inapte à répondre aux défis énergétiques de la planète.

 

Le réacteur expérimental de fusion nucléaire Iter sera construit en France

Le réacteur expérimental de fusion nucléaire Iter, ambitieux programme international de dix milliards d'euros visant à trouver une source d'énergie propre et durable, sera construit en France, ont décidé mardi à Moscou les partenaires du projet, mettant fin à des mois de négociations ardues.

 

Chambéry inaugure la plus grosse centrale solaire photovoltaïque de France

environnement, nature, écologie, biologiqueLa plus grosse centrale photovoltaïque de France, utilisant l'énergie solaire pour produire de l'électricité, a été inaugurée mercredi en Savoie par le maire de Chambéry Louis Besson (PS) et le président socialiste de la région Rhône-Alpes Jean-Jack Queyranne.

Greenpeace se réjouit d'une loi sur les énergies renouvelables en Chine

environnement, nature, écologie, biologiqueGreenpeace s'est réjouit mardi dans un communiqué de l'adoption d'une loi sur les énergies renouvelables en Chine, un pays qui selon l'organisation écologiste internationale pourrait infléchir les marchés mondiaux s'il devenait l'un des principaux promoteurs du développement durable.

 

S. M.

 

environnement, nature, vert, écologie, biologique, planète Terre

 

 

Parmi les solutions, le GPL est (presque) écologique

(si filtre à la production)

Moins de pollution

Mélange de butane et de propane, le GPL carburant ne contient en effet ni plomb, ni benzène, ni soufre dangereux pour l'environnement.

Sa combustion ne produit pas de particules et limite significativement les émissions de CO2, un des gaz responsables de l'effet de serre.

La première étude comparative sur les émissions de véhicules diesel, essence et GPL carburant a été présentée à la presse le 6 avril 2004.
Pour en savoir plus : Résultats de l'étude

Les véhicules GPL ne sont pas soumis aux restrictions de circulation mises en place en cas de pollution dans les grandes agglomérations : la"pastille verte" leur est automatiquement attribuée.

La combustion de GPL carburant ne laisse pas de calamine : le moteur ne s'encrasse pas, au bénéfice de la longévité de la mécanique.

Le couple moteur disponible à plus bas régime rend imperceptible la légère perte de puissance, principalement à haut régime (entre 2 et 5%).

Le confort de conduite est également amélioré grâce à la souplesse du moteur et à la diminution du bruit.

Tout savoir sur le GPL : http://www.cfbp.fr

 

 Le convertisseur d'énergie appelé pelamis

 

Judith Genot, le 18 octobre 2007

 

e

environnement, nature, vert, écologie, biologique, planète Terre

environnement, nature, écologique, bioAlerte aux"biocarburants"!

 

Les énergies fossiles (pétrole, charbon, gaz...) - Le nucléaire : Déchets radioactifs, incidents techniques, cible des terroristes... - Le nucléaire n'est pas la bonne solution pour sauver le climat - http://www.dissident-media.org/infonucleaire - Le nucléaire : l'impasse : http://www.facts-on-nuclear-energy.info/1_dead_end.php?size=b&l=fr&f=1032820390 - Préoccupant : le charbon, plus polluant mais moins cher ! -  chimiques - Recul du lobby nucléaire : un essai à transformer etc... etc...)

environnement, nature, écologique, bioSignez l'Appel international contre l'EPR!

santé de la planèteCombien de pétrole dans ma vie quotidienne?

énergies renouvelables

énergies renouvelables

environnement, nature, écologie, biologiqueL'intégralité du débat avec Stéphane me, du réseau Sortir du nucléaire, mardi 27 mars 2007 .

 

 

Tchernobyl

 

Le nucléaire n'est pas la bonne solution pour sauver le climat

 

Paris, France - Le 03/04/07 - L'Oxford Research Group, un organisme indépendant de réflexion sur les questions de sécurité internationale, estime que la promotion de l'énergie nucléaire comme solution au réchauffement climatique est peu judicieuse et pourrait aboutir à des conséquences extrêmement dangereuses pour la sécurité mondiale.

Dans un rapport intitulé"Energie sûre ? Nucléaire civil, sécurité et réchauffement climatique", l'Oxford Research Group affirme cependant que l'uranium nécessaire à ce processus n'est pas disponible en quantité suffisante sur la planète et que les puissances nucléaires seront donc tentées de retraiter du combustible nucléaire pour obtenir du plutonium.

" Une multiplication des activités de retraitement et le commerce international de matériau à usage militaire qui en résulterait augmenteraient les occasions pour les Etats, les organisations criminelles et les terroristes d'acquérir du matériau à usage militaire " souligne ce rapport.

Dans une préface à ce document, l'ancien ministre allemand de l'Environnement et de la Sécurité nucléaire Jürgen Trittin écrit que le développement de l'énergie nucléaire conduira automatiquement à une prolifération menaçant la sécurité internationale.

" L'une des pires idées, largement répandue dans le débat international, est l'appel en faveur d'un développement de l'énergie nucléaire comme moyen de préservation du climat  ", écrit Trittin." Cette recommandation est un exemple parfait de lutte contre un risque par le biais d'un risque encore plus élevé. Les risques liés à la prolifération et au terrorisme nucléaire aussi bien par des Etats que par des acteurs non étatiques sont tout simplement incontrôlables  ".

Des risques incontrôlables.

Outre cet aspect, l'extraction et la purification de l'uranium contribuent à l'émission de dioxyde de carbone dans l'atmosphère, même si les centrales nucléaires en émettent peu elles-mêmes, et il faudrait construire des milliers de réacteurs pour obtenir un effet significatif sur le changement climatique, relève l'Oxford Research Group.

Les énergies renouvelables comme l'éolien, le solaire ou l'hydraulique sont moins polluantes, notamment au regard du danger posé à très long terme par les déchets nucléaires, et moins risquées en terme de sécurité.

Seuls quelques pays, notamment la France, la Grande-Bretagne et le Japon, retraitent actuellement du combustible nucléaire. Une explosion de la demande d'énergie nucléaire pourrait cependant entraîner un brusque développement de ces activités dans le monde et déborder les procédures de contrôle, prévient le rapport de l'Oxford Research Group.

Parallèlement, le réchauffement climatique risque de provoquer des inondations, des famines et d'autres perturbations favorisant l'instabilité politique dans les zones les plus vulnérables.

" L'énergie nucléaire ne peut pas apporter une contribution importante à la réduction mondiale des émissions de dioxyde de carbone, tandis que ses effets sur l'insécurité mondiale et les risques de conflits catastrophiques et de terrorisme sont parfaitement connus " conclut ce rapport.

" C'est exactement ce que nous répétons à longueur de temps : le nucléaire est la mauvaise solution pour lutter contre les changements climatiques. Nous avons d'ailleurs publié un scénario [R]évolution énergétique, qui démontre qu'il est possible de réduire les émissions planétaires de CO2 de 50% d'ici 2050, tout en tenant compte de la croissance économique mondiale. Ce scénario est basé sur la sobriété et l'efficacité énergétique. Il substitue aux énergies fossiles des énergies renouvelables, évite les fausses solutions technologiques et utopiques comme le nucléaire ou le charbon prétendument" propre" mais aussi les technologies de capture et de séquestration de carbone " explique Karine Gavand, chargée de campagne climat à Greenpeace.

 
Greenpeace avec Reuters.

 

Lampe fluocompacte


 

 

Les"Tchernobyl" sous-marins

environnement, nature, vert, écologie, biologique, planète TerreAu total, ce sont des millions de milliards de becquerels qui reposent au fond des mers, soit plusieurs fois la dose que la catastrophe de Tchernobyl a injecté dans l'atmosphère. Cette radioactivité accidentelle s'ajoute à celle qu'une poignée d'Etats, Royaume-Uni en tête, ont déversé volontairement, durant 36 ans, dans une cinquantaine de sites, pour se débarrasser de leurs déchets nucléaires prétendus de faible ou moyenne activité.

Les premiers déversements volontaires remontent à 1946, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale; les Américains avaient alors choisi des sites dans le Pacifique non loin des côtes de la Californie. Le dernier a eu lieu en 1982 dans l'Atlantique nord, à un millier de kilomètres environ des côtes françaises. Ce mode de rejet a finalement cessé sous la pression des pays qui s'y opposaient. Car, jusque-là, il était autorisé et réglementé par la Convention pour la prévention de la pollution marine, signée en 1975 et connue sous le nom de Convention de Londres. C'est ainsi que des centaines de milliers de fûts de déchets enrobés dans du bitume ou du ciment, parfois groupés dans des containers, reposent au fond des mers. Il suffit de 10 à 15 ans pour que ces matériaux se désagrègent sous l'effet de l'eau de mer ! Et il est arrivé, dans les tout débuts, qu'on verse directement les déchets sans emballage, en vrac, voire sous forme liquide !

Qui sont exactement les pollueurs ? Douze pays. Certains, comme l'Italie, l'Allemagne ou la Suède, n'ont failli qu'une seule fois, et n'ont rejeté que de faibles quantités de radioactivité. La France, quant à elle, qui a disposé du Centre de stockage de la Manche, près de la Hague, ne s'est livrée que deux fois à ces déversements, mais les quantités étaient plus importantes. (..







Ajouter un commentaire à cette page:
Votre nom:
Votre adresse e-mail:
Votre site web:
Votre message:

 
  Contre La Pollution !!
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
  ( Modérateur )
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
  Publicité
  Site en 24 Langues ! Merci .
  ( Forêt )
LES NORMES EN VIGUEUR, Y COMPRIS LES NOUVELLES NORMES EUROPPEENNES POSENT PROBLEME POUR PLUSIEURS RAISONS :

- D'abord, seuls les rejets dans l'atmosphère sont pris en compte dans le calcul des rejets d'un incinérateur. Or, d'après Greenpeace [1], " La réduction des émissions de dioxine et des métaux lourds dans les fumées semble avoir abouti à un accroissement parallèle du re largage de ces substances dans les cendres résiduelles, qui contaminent notre environnement".

Conclusion : les quantités de polluants rejetées dans l'environnement sont largement sous-estimées.

- Par ailleurs, selon le même rapport, Les nouvelles directives européennes n'ont pas formulé leurs objectifs de réglementation et de contrôle en fonction des impacts sur la santé humaine, mais en fonction de la faisabilité technique.

Cela signifie que les normes s'alignent sur les évolutions techniques en matière de traitement des fumées. Elles ne s'alignent pas sur les recherches en matière de santé.

Pour preuve, la lettre du SMVO de mai 2000 présente un tableau qui compare les rejets garantis par le projet d'incinérateur géant et les normes. Dans ce tableau, on constate qu'une installation à la pointe de la technique parvient tout juste à respecter les normes, dans le meilleur des cas pour les molécules dangereuses comme les dioxines et les furannes, de nombreux métaux lourds (Sb, As, Pb, Cr, Co, Cu, Mn, Ni, V, Sn, Se, Te), les chlorures d'hydrogène, l'oxyde d'azote et d'autres polluants.

- Concernant les rejets dans l'atmosphère, l'incertitude sur les quantités de polluants relargués est liée à la méthode de mesure. En Belgique une étude a montré que la technique de mesure des dioxines sur quelques heures (18 heures dans l'étude) avait sous estimé les émissions de dioxines par un facteur trente à cinquante. Or en France les mesures ont lieu sur des périodes de 6 à huit heures.

En conclusion, il est permis de douter des garanties données par un constructeur en matière de quantité de polluants rejetés dans l'atmosphère.

- Une étude publiée par The Lancet en mai 2001 (cette revue fait autorité au niveau mondial en matière d'études épidémiologiques) montre que même des doses de polluants très faibles ( en dessous des normes ) entraînent des modifications biologiques et des conséquences négatives pour la santé.
  ( Pollution ! )
Être exposé aux polluants atmosphériques c'est entrer en contact avec eux par l'intermédiaire de l'air ambiant. L'effet sanitaire éventuel est lié, notamment à la "dose absorbée". Cette dose est éminemment difficile à mesurer (Plan Régional IDF sur la Qualité de l'Air - PRQA, 1999)
L'impact de la pollution dépend de notre état de santé, de la concentration des polluants dans l'air, de la durée d'exposition, et de l'importance des efforts physiques que nous réalisons.
Ces quatre facteurs sont très importants dans l'évaluation précise de risques sanitaires liés à la pollution chez un individu. Et, ce dernier point est particulièrement sensible dans les zones de loisirs où les activités physiques et sportives sont nombreuses et les enfants plus fragiles présents.

Les véhicules de type diesel sont fortement émetteurs d'oxydes d'azote et de particules fines. En effet, les diesels émettent 30 à 100 fois plus de particules que les véhicules à essence, ce qui constitue 90 % des particules émises par l'ensemble des véhicules !
La composition des particules qui sont présentes dans l'atmosphère reste complexe à déterminer vu qu'elles résultent de mélanges de substances et d'agrégats dont l'origine, la granulométrie et la composition chimique varient en fonction du temps et de l'environnement.
On peut ainsi y relever du carbone, des composés minéraux d'origine tellurique ou anthropique (métaux, sels, nitrates, sulfates, composés organiques : Hydrocarbures Aromatiques Polycycliques (HAP)).
L'adjonction d'additifs dans le gazole pour le rendre plus performant est également à l'origine de la toxicité des particules. Les sulfates et le carbone restent les constituants principaux des particules. De plus, celles qui sont émises par les différentes sources se modifient au cours de leur passage dans l'atmosphère. Par exemple, une particule carbonée d'origine diesel de 0,1 micromètre (µm) peut s'agglomérer avec d'autres particules et s'enrober de nitrates et de sulfates provenant de la transformation chimique des polluants gazeux.
  ( Pollution de l'air )
Dorénavant, les médias relatent quotidiennement les problèmes environnementaux. Les occasions sont malheureusement devenues multiples et la pollution atmosphérique s'impose comme un sujet qui préoccupe de plus en plus les citoyens, les journalistes, les politiques et les gouvernements.
A ce titre, les alertes sont nombreuses comme en témoigne la presse : "En Île-de-France AIRPARIF recommande aux personnes à risques (jeunes enfants, personnes asthmatiques ou allergiques, insuffisants respiratoires chroniques, personnes âgées... ) d'éviter toute activité physique intense et de respecter scrupuleusement les traitements médicaux en cours" (TF1, le 18 juillet 1999) ; "La pollution atmosphérique s'est aggravée en Île-de-France : Tous les éléments étaient conjugués pour que des pics de pollution atmosphérique soient à nouveau enregistrés (...) une météo défavorable, avec du soleil et un vent faible, une circulation routière très intense" (Le Monde, le 30 juillet 1999).

Ces deux extraits de presse écrite et de journal télévisé rendent compte des quatre composantes de la pollution atmosphérique :

* celle-ci est nuisible à la santé des personnes sensibles et vulnérables,
* les activités sportives leur sont déconseillées,
* elle se traduit par des " pics " lors de situations météorologiques anticycloniques,
* elle émane majoritairement du trafic routier.

L'état de la qualité de l'air en Île-de-France est donnée par le réseau de surveillance AIRPARIF.

Ces informations et ces préoccupations relativement récentes (elles datent d'une vingtaine d'années environ) attestent du renforcement des réseaux de mesures de la pollution atmosphérique et expliquent les agitations politiques et gouvernementales.
La journée annuelle "En ville sans ma voiture" dont les avantages ne sont pas perçus unanimement en est un exemple tout comme les efforts très récents des constructeurs automobiles qui nous proposent enfin des moteurs alternatifs (hybrides, électriques...).

Tandis que la loi sur l'air et l'utilisation rationnelle de l'énergie fut promulguée fin 1996, la même année les programmes PRIMEQUAL (qui a pour objectif de dresser un état des connaissances sur les différents aspects de la pollution atmosphérique) et PREDIT (focalisé sur la pollution des transports terrestres) se sont associés sous le terme PRIMEQUAL-PREDIT, programme national de recherche pour une meilleure qualité de l'air à l'échelle locale. Ceci, afin de maintenir la cohérence de toutes les recherches menées dans le domaine de la pollution de l'air urbain. De plus, l'année 1999 a vu apparaître les Plans Régionaux pour la Qualité de l'Air (PRQA) qui répertorient sur une échelle régionale les principaux polluants atmosphériques et l'évolution des sources d'émissions.
9897 Visiteur ! 439358 visiteurs (1873221 hits) Sur le Site !
=> Veux-tu aussi créer une site gratuit ? Alors clique ici ! <=© Contre-la-pollution est un projet indépendant, et à but non lucratif . Toute les agence,de l'écologie ne le regarde pas, Les Associations Naturel et logos associés sont des marques déposées du groupe de Naturel. Tous droits réservés. Copyright, des marques déposées et d'autres droits du matériel de Contre-la-pollution et d'autres services du groupe de Naturel Groupe.. sur ce site Web est possédé par Contre-la-Pollution. Tous droits réservés. Contre-la-pollution ne fait en aucune façon partie d'un autre site écologique et n'appartient en rien au groupe Naturel Groupe. Par conséquent, Naturel Groupe ne saurait être tenu responsable des propos et contenus diffusés sur ce site. Contact us : contre-la-pollution@fr.st - Phone :En Cours ..