Contre La Pollution !!!  
 
  Le Titanic , un sacré exemple pour l'humanité 04/12/2016 16 04 16 (UTC)
   
 
TOUT EN BAS! Ascenseur express

Le Titanic, un sacré exemple pour l'humanité

En arrière toute et droit devant! Le bon sens!

"La vie n'a pas de prix" (JLA)

Le Titanic : on le croyait insubmersible avec ses compartiments étanches
Le 20 décembre 2006, un travail bénévole de S. M..

S. M., le 31 janvier 2007

S. M., le 31 janvier 2007

S. M., le 19 mars 2007

Le 20 décembre 2006, un travail bénévole de S. M..

S. M., le 31 janvier 2007

S. M., le 31 janvier 2007

S. M., le 19 mars 2007

Le 20 décembre 2006, un travail bénévole de S. M..

 

 

 

Désolé! Ce message ne va pas plaire à tout le monde...Désolé! Ce message ne va pas plaire à tout le monde... Il est en constante mutation. Vous pouvez interagir.


Les cartes sur la table, les points sur les I, tous dans le même bateau et tous menés en bateau!

Le vaisseau spatial Terre se trouve actuellement dans une situation similaire à celle du Titanic. La survie de tous les passagers et membres d'équipage est en jeu. Y compris celle du capitaine. Nous fonçons en effet droit sur un iceberg plus gros que nous.

Tandis que les insouciants passagers de première classe font la fête dans les grands salons du paquebot flambant neuf, fruit encore vert de la science de l'époque, tandis que les pauvres s'entassent en troisième classe, la vigie aperçoit la montagne de glace, flottant droit devant dans les brumes. Le capitaine est aussitôt prévenu.

Et prend deux décisions dont la seconde qui mènera au naufrage.

 




La première d'abord qui s'impose : "En arrière toute!"

 

Ok, capitaine, là-dessus, on est tous d'accord, il faut ralentir la machine, afin d'amortir le choc qui, à 700 mètres par minute et compte tenu de l'inertie du navire, est inévitable. (1)

 

 



Mais la seconde - "A bâbord toute!"- est fatale.

 

Le Titanic, fleuron de la technologie de l'époque, est dit «insubmersible» parce qu'il est constitué de compartiments étanches.

S'il avait pris l'iceberg en pleine proue, un seul compartiment étanche aurait été éventré, un seul, celui de l'avant, et non pas six sur un des flans du géant qui n'aurait tout simplement pas coulé. Et aurait pu être rafistolé.

Au stade où nous en sommes, il est donc impossible de virer à droite ou à gauche. Ce serait un suicide.

Une montagne de glace!Non. La seule solution consiste en fait à garder le cap, foncer droit sur l'iceberg, et ce malgré ce qu'on nous a inculqué lors de notre formation de barreur. Bref, voir la vérité en face. Tout en inversant la vapeur donc et tout en prévenant les passagers pour qu'ils se préparent au choc des Titans et aillent se réfugier, par exemple, à l'arrière de l'engin.

Résumons.
 
La collision va avoir lieu. On ne sait bien sûr pas exactement quand à la minute près. Mais on sait que chercher à l'esquiver, d'un côté comme de l'autre, déchirera nos flans et nous enverra par le fond avec toutes les espèces vivantes.

De plus, deux choses sont sûres : il n'y a pas assez de canots de sauvetage et aucun extraterrestre ne viendra à notre secours. La plupart vivent en effet en osmose avec leur propre planète et aucun d'eux n'éprouve le moindre désir d'aller voir ailleurs -Carpe diem- ou de faire un saut dans l'inconnu pour aller rendre justice en soucoupe volante. Chacun est libre sur sa Terre. On appelle ça le libre-arbitre.

Oui, la vérité ébranle.

Ajoutons même, pour faire bon poids, que le choc sera salutaire, non seulement à l'humanité dans son ensemble, mais bien sûr à toute forme de vie terrestre.

Explications en images.

Si le Big Bang, ce sacré phénomène, ce chaos issu du vide, du néant, du rien (et contenant cependant toutes les lois qui déterminent les réactions physiques et chimiques), si cet événement incompréhensible ne s'était pas produit, notre univers n'existerait pas. Il n'y aurait donc ni étoiles qui réchauffent, ni planètes qui abritent. Et, ne disposant pas des formes biologiques nécessaires, nous ne serions évidement pas là à parler de tout ça.

Si un astéroïde n'avait pas percuté violemment la Terre, il y a 65 millions d'années, les dinosaures règneraient toujours en maitres et les sortes de petites souris nocturnes, desquelles nous descendons en chute libre, n'auraient jamais pu s'extraire de leurs cachettes et évoluer en primates et en nous, les hommes.
Les dinosaures furent rayés de la carte grâce à l'impact d'une météorite géanteLorsqu'un coeur s'arrête de battre, n'essaye-t-on pas l'électrochoc ?

«C'est bien au bord du précipice qu'on évolue.» (2)

Sinon pourquoi le bébé quitterait-il le ventre paisible de sa mère ? Quel intérêt aurait-il à être brutalement arraché à ses rêves ?

Le choc est absolument nécessaire à l'évolution. Comme la mort est indispensable à la vie. Sans la mort pas de vie ! Tout simplement. La mort est l'outil qui permet le changement. Sans la mort, nous serions des paramécies. Oui le chaos est géniteur.

Les exemples ne manquent pas. Le volcan qui explose laissera après l'éruption une terre fertile. De même que la crue d'un fleuve enrichira le sol de limon.
Sinon pourquoi le bébé quitterait-il le ventre paisible de sa mère ?
Cette évidence toute simple est accessible au commun des mortels.

Seule la trouille de perdre leurs petits égos microscopiques, leurs chers, leurs chers portefeuilles... poussent certains  inconscients à vouloir engendrer, dans leurs laboratoires bidons, un homme transgénique qui vivrait 200 ans comme les palourdes ou les tortues, et pourquoi pas un homme charnellement immortel avec, pendant qu'on y est, ailes d'oiseau, nageoires et branchies de poissons, radars de chauve-souris et dards d'abeille. A vos souhaits !

(3)

(4)

La vérité toute crue n'est peut-être pas bonne à entendre pour certains qui croient, dur comme fer, en la valeur, par exemple, du papier toilette ou des billets de banque; mais elle se présente à nous nue comme l'enfant de tout à l'heure.

Mais, diront certains, on peut encore éviter l'obstacle et tenter de le contourner par bâbord ou par tribord ?

Non, il est trop tard. Il n'y a pas d'esquive! Pas de dérobade! Que ce soient les politiques, de droite comme de gauche, du centre droit comme du centre gauche, on voit où ça nous a mené !
L'humanité aveugle
Ne parlons pas de ce que sont devenues les églises, dont le dernier pape de l'une d'entre elles vient de proscrire à jamais les préservatifs, alors que chacun sait que le sida rode encore et que les bébés à bénir se conçoivent avec une giclée de sperme.

Ces soi disant potions magiques nous ont toutes mené en bateau -toujours le bateau- depuis toujours, mené par le bout du nez et poussé dans les impasses actuelles. Chez le petit incarcéré dans sa cage plus ou moins dorée, le pris en otage par le quotidien, comme chez le grand qui dirige tout du haut de ses 1 mètre 68, qu'il soit président de la République ou porte les doux noms de Monsanto, Total, Exxon Mobil, Shell, Chevron, BP, Conoco Philips, Toyota etc...  la lucidité doit jaillir spontanément, en bas, comme en haut.

Mais cette lucidité n'est pas toute faite. Ce n'est pas une formule. Ce n'est pas «e=mc2». Nul n'est besoin d'être Einstein pour la comprendre. Elle ne s'apprivoise pas. Elle ne s'inculque pas. Elle est sauvage. Elle ressemble à un chien qui se roule dans l'herbe ou à des girafes qui s'enlacent. C'est un jeu. On ne peut l'enfermer dans un bocal. Et personne ne peut la détenir. Si qui que ce soit cherche à s'en emparer, elle se volatilise, elle se sublime et il ne reste qu'un bocal plein de formol.

Il ne suffit pas non plus d'appuyer sur un bouton pour que la lumière soit.

Ainsi tout ce que nous venons de lire, si nous avons eu la patience d'écouter et d'entendre ces mots jusque là, toutes ces lignes sont peut-être complètement invalides, erronées, stupides. Ce sont peut-être des balivernes ! Leur seule propriété est peut-être d'entrer par une oreille pour ressortir par l'autre.

S'agirait-il donc d'un vulgaire canular d'étudiants, un «hoax», une imbécilité supplémentaire colportée par Internet ? Une folie de plus incrustée dans la folie furieuse de l'humanité, qui est en train de démolir, en quelques siècles maigrichons, tout ce que la vie a crée avec patience en plusieurs milliards d'années. Il n'y aura probablement aucune suite à cette folie douce. Et ces mots iront rejoindre le cimetière des épaves oubliées ou des poètes disparus.

«O, que ma quille éclate ! O, que j'aille à la mer !» (6)

Mais peut-être aussi que quelqu'un les entendra ces mots, qu'ils résonneront dans le coeur d'une poignée de gosses qui se rallieront, corps et âme, à la cause de ceux qui ont été réveillé par le remue ménage, sont montés sen pleine nuit sur les ponts et ont vu l'iceberg, estimé le temps approximatif mis pour que le crash se produise et fait pression sur le capitaine pour qu'il ne donne pas l'ordre fatal de virer d'un bord ou de l'autre?
Le message des chlorophylliens
Résumons encore.

Si la collision est latérale, l'humanité, ainsi que la plupart des espèces, la vie toute entière sombrera en coeur dans les fonds abyssaux. Comme un paquet de plomb. Ainsi soit-il.

Et bien sûr, direz-vous, repartira de plus belle.

Oui, le Vivant a en effet plus d'un tour dans son sac. Non seulement jusqu'à présent il s'est adaptée à toutes les conditions, mais, à l'origine, il a rendu habitable une planète qui n'avait dans son atmosphère pratiquement pas un gramme d'oxygène. Il a donc réussi à adapter l'environnement primitif pour rendre possible son existence sur la terre ferme.

Oui, elle repartira. Mais il lui faudra des millions d'années pour se restaurer. Et au lieu des grands sauriens, au lieu de l'homme, des araignées géantes suceuses de sang viendront peut-être occuper la place libre.

Est-ce vraiment dans ce scénario-là que nous voulons être acteurs ?

Si la collision est frontale, il y aura certes des dégâts importants, mais au moins pourrons-nous réparer le vieux tacot qui se prend pour un ordinateur sous Windows et poursuivre plus intelligemment la croisière.

Avec plus de respect pour cette vieille bonne Terre.

Voilà le message jeté à la mer. Livré pieds et poings liés. Non pas pour nos descendants, mais pour les êtres humains actuels.

Le changement des mentalités - la mutation des consciences- doit être brutal et s'opérer dès maintenant sans plus tarder.

Tout retard dans la décision prise sera de la souffrance supplémentaire, des guerres civiles et mondiales, des dictatures qui pousseront comme des champignons sous des prétextes économiques et écologiques, des crève la faim de plus qui viendront s'ajouter petit à petit au bon milliard existant en ce moment même. Une personne meurt déjà de faim toutes les 4 secondes...

Juste avant le choc latéral ou frontal.

Et ni Coluche ni l'abbé Pierre n'y changeront quoique ce soit.

Nous pouvons tergiverser pendant des lustres sur l'instant exact du moment fatidique.9 milliards d'êtres humains en 2050

Est-ce 2040 avec la fin de l'uranium nécessaire, nous dit-on, pour apporter la chaleur indispensable au déclenchement de la fusion d'éléments légers au sein d'Iter?  Un projet pharaonique dont on ne sait même pas s'il est réalisable, qui devrait voir le jour en 2018 et dont l'avortement est pourtant programmé pour 2040 donc. A moins de lui coupler une centrale solaire extrêmement puissante. (6bis)

Est-ce 2050 avec la fin du pétrole et des forêts tropicales, sur fond de surpopulation ?

2158 avec la fin du charbon? Et un réchauffement climatique à côté duquel celui qui, il y a 250 millions d'années, (7) a détruit 95% des espèces marines et 70% des espèces vivant sur les continents, un bouleversement qui n'était finalement qu'un incendie de quartier?

Maintenant les ami(e)s, c'est à nous de jouer. A nous tous de faire circuler le message vivant, à la surface du globe, avec tous les moyens, y compris les moyens du bord !

Nous avons tous notre part de responsabilité dans ce qui est en train d'arriver. Personne ne peut s'en laver les mains. Mais cependant nul ne se verra accusé devant un tribunal quelconque. Il n'y aura pas de procès, pas de jugement dernier, pour qui que ce soit.

Si nous sommes capitaine et que nous arborons un costume-cravate, écoutons les conseils, même s'ils semblent venir d'une autre dimension.

Si nous sommes marins et que nous nous apercevons que le capitaine se met le doigt dans l'oeil, n'exécutons pas l'ordre fatal! Les révolutions sociales sont comme les révolutions des planètes, elles ne doivent jamais s'arrêter, sinon elles sont englouties par les soleils.

Si nous sommes juste passagers, et que nous avons entendu ce message d'alerte, réveillons les autres et préparons sur le champ l'ère d'après la collision, le monde de la «Vraie Vie», le monde où il y a encore l'homme.

Ni à droite, ni à gauche...Parce que l'homme, même s'il est momentanément devenu fou, a sa place parmi les roches, parmi les plantes, parmi les animaux, mais sans les grilles qui les entourent. Et avec l'humilité, la compassion, la tolérance et l'esprit qui l'accompagnent !

Tournons le dos à tout ce qui est tordu, biaisé, au mensonge, à la manipulation, au sectarisme, au fanatisme, à l'extrémisme, au crétinisme, à tout ce qui ne va pas droit devant.

Arrachons nos oeillères ! Sortons de nos emballages! Montons sur la table! Ouvrons nos esprits à une connexion profonde avec la Vie! Entrebâillons nos coeurs! Déployons nos antennes! -Homo sapiens en a!- Acceptons d'agir en conséquence...

Devenons simplement ce à quoi nous sommes voués, ce que nous sommes vraiment, rien d'autre que des locataires, des jardiniers de la vie sur Terre.

Sinon nous risquons d'être la risée, la honte, de toutes ces consciences qui vivent sur les milliards d'autres mondes, dans un foisonnement, peut-être, d'univers complètement différents, non préhensibles par nos cinq petits sens, régis par d'autres chimies, d'autres physiques, par des lois qui défient complètement l'entendement.

Mais ne nous égarons pas. Ne chavirons pas dans les délires immondes de ceux qui sont au poste de commande et n'ont d'autre but que se remplir les poches.

Dans le vide intersidéral de notre univers, la lumière va à 299792 kilomètres par seconde. Et rien, ni personne, ne pourra modifier cette loi universelle, qui vient d'on ne sait où.

La vie n'a qu'un but : aller de l'avant.

Coluche : on n'a pas réussi à trouver la virgule...Et elle est capable d'encaisser bien des coups. Mis à part ceux qui la prennent par traitrise. Et lui ouvrent les flancs des pieds jusqu'à la tête.

Moralité : il est plutôt conseillé de prendre les bonnes décisions au bon moment.

Et une question se pose : ne sommes-nous qu'un agencement d'atomes, ou y a-t-il un pilote dans l'avion?

Et d'autres et d'autres à n'en plus finir ?

Voilà : le bébé vient de naître. Un de plus? Un de trop? Peut-être n'aura-t-il aucun impact? 

Peut-être d'ailleurs n'y aura-t-il aucun choc?


Terre sacrée (fruit de la réflexion des membres fondateurs de l'Association et de l'affinement de quelques internautes)


Le 20 mars 2009, à l'arrivée du printemps.


Excusez-nous pour les morceaux dans la purée, mais ce sont de vraies pommes de terre... PS : Excusez-nous pour les morceaux dans la purée, mais ce sont de vraies pommes de terre...


Copyright libre, avec mention du lien : http://contre-la-polution.fr.gd

college-fw-help@live.fr


Jardiniers du paradis terrestre
(1) C'est ce que disent les écologistes de la première vague. Et ils ont raison !

Il faut polluer moins. Utiliser au maximum les énergies renouvelables. Tout recycler.

Cesser de se goinfrer avec des cochonneries dévitaminées ou des denrées qui, pour être acheminées jusqu'à nous, exigent leur poids en gasoil.

Endiguer le gâchis.

Manger le plus bio possible. Et pas que de la viande extraite d'animaux innocents, ayant subi une incarcération leur vie durant. Soit, les protéines animales nous ont permis de survivre et d'élargir nos cerveaux, mais on peut très bien s'en passer aujourd'hui.

Enfin, il est crucial de bannir les OGM, fabriqués sans expérimentation préalable sur le long terme et en milieu non confiné, ainsi que les carburants qui n'ont de bio que le nom et menacent le peu qui reste des forêts de nos aïeux...

Bref arrêter de croître en dépit du bon sens, comme une grenouille qui se prend pour un boeuf. Sans pour autant faire transporter les régimes de bananes ou les ananas par des voiliers ou des canots à rames.

Sans pour autant revenir à l'homme de Cro-Magnon.


(2) "Le jour où la Terre s'arrêta", film américain réalisé en 2008 par Scott Derrickson.



(3) Garce de lucidité, tapie dans nos coeurs blessés ou dans les replis des quelques cent milliards de neurones de nos gros cerveaux de prédateurs à la dérive!


(4) La vérité est tellement là devant nous qu'on ne la voit pas, qu'elle nous crève les yeux, qu'elle nous aveugle. On peut la confondre un moment avec un mirage, une hallucination, un mur érigé sur le chemin tortueux de notre quête, ou avec une muraille infranchissable, contre laquelle on se heurte, sans rien comprendre. Manquant du recul nécessaire. Se disant que c'est tout de même bizarre que ce sentier semé, autant d'embûches que de preuves, n'atterrisse pas directement au trésor des trésors. A une sorte de clef universelle qui ouvrirait toutes les portes et règlerait, une fois pour toutes, pauvreté, misère, ignorance, souffrance, maladie, vieillesse, solitude, désespoir, l'ensemble des maux.


(5) Libre!



(6) Arthur Rimbaud, "Le bateau ivre".

 

(6bis) La fusion elle-même n'a bien sûr pas besoin d'uranium. Il s'agit en fait de fusionner du deutérium et du tritium (des éléments légers abondants pour obtenir de l'hélium, des neutrons et de l'énergie comme dans le Soleil avec l'hydrogène.).

Le soleil est une boule de plasma chaud et dense. En fusionnant, les atomes d'hydrogène qui le composent majoritairement se transforment en hélium. Ces réactions de fusion libèrent de grandes quantités d'énergie. La tendance du plasma à se disperser et à se refroidir est contrebalancée par la gravitation.

Sur Terre, les forces de gravitation sont insuffisantes et il est impossible d'obtenir une réaction de fusion entre deux atomes dans ces conditions. Il n'est pas envisageable, non plus, de confiner un plasma atteignant plusieurs millions de degrés à l'aide de parois matérielles.

Pour faire face à ces obstacles, les chercheurs ont mis à profit les propriétés du plasma et ont pensé à le maintenir dans une «boîte immatérielle». Ils ont compris comment utiliser la propriété des particules du plasma qui ont tendance à s'enrouler autour des lignes de champ magnétique et à les suivre dans leur trajectoire. En refermant les lignes de champ magnétique sur elles-mêmes, ils sont ainsi parvenus à mettre au point le concept du tokamak (Acronyme russe de Toroidalnaya Kamera c Magnitnymi Katushkami) à la fin des années 60.

L'intérêt de ce concept pour produire des plasmas ne s'est pas démenti depuis, puisque les principales installations construites dans le monde furent des tokamaks comme le JT60 au Japon, JET en Angleterre et Tore Supra en France.

Construit selon ce concept, Iter (le chemin en latin) sera la plus grande installation de recherche du monde destinée à prouver que la fusion pourrait devenir une source d'énergie à l'horizon 2050.

http://www.itercad.org/projet_1.php

 


(7) Les étapes de l'extinction dite permienne sont encore contestées. Différentes études suggèrent de un à trois pics. Il existe plusieurs mécanismes proposés pour expliquer l'extinction, le plus haut pic est probablement du à une évolution graduelle de l'environnement, tandis que le second est probablement du à un événement catastrophique. Cela inclue un grand ou plusieurs impacts de météorites, l'augmentation du volcanisme ou la soudaine libération d'hydrates de méthane à partir des océans, suite à une augmentation des températures, des changements progressifs du niveau des océans, l'accroissement de l'aridité, et une modification dans la circulation océanique.

 

 

   

 

nature

 


Une missive de Daniel, sélectionnée par Michel :


Le 6 avril 2009 :

 

Bonjour chers amis de Contre-la-polution/ contre-la-polution.fr.gd,

Pas tout à fait d'accord avec votre article très long mais je soutiens votre démarche. Il faudrait cependant privilégier des synthèses courtes et plus parlantes.

Concernant le Titanic on peut aussi voir les choses d'une façon différente. Le premier ordre était le mauvais :

il fallait au contraire mettre plein gaz et faire bâbord toute (le deuxième ordre) ainsi le bateau aurait évité l'iceberg et ne l'aurait pas effleurer de tout son flanc.

Cela est aussi lourd de sens : il faut mettre les bouchées doubles et focaliser toutes nos énergies pour virer de cap à 180 ° radicalement tout de suite :

- en acceptant collectivement un mode dégradé de consommation allant à l'essentiel des besoins vitaux et en supprimant le superflu ( publicité, options gadgets... voir le film "la 11è heure"). Il semble que de nombreux japonais sont dans cette démarche.

- en réduisant complètement notre consommation d'énergies et de ressources fossiles pour des énergies renouvelables.

- en modifiant notre recherche et développement vers une recherche de l 'efficience maxima en terme de bilan environnemental, bilan énergétique, bilan carbone, retour à la terre et bilan économique global intégrant les coûts externes.

- en privilégiant la biodiversité et sa sauvegarde aux intérêts économiques de la seule espèce humaine.

- en fournissant de l'eau et de la nourriture à toute l'humanité dans une conception d'alimentation durable (locale et bio)

- en prônant des mesures favorisant la baisse démographique (un seul enfant par famille, adoption...)

- en revenant à une gouvernance économique locale raisonnée par un marché organisé pour les petits commerçants, les agriculteurs, les artisans (centrale d'achat collective, moyens mis en commun, logistique commune...)

Ainsi avec l'inertie de la machine en route on peut espérer que vers 2030 on retrouve un usage équilibré de la Terre avec une démographie raisonnée. Les dégâts seront grands en terme de perte de biodiversité et de ressources fossiles mais l'humanité survivra si elle change tout de suite de cap. Sinon...le choc va être violent !








Grace a la Version 2.0 Les informations sont indomptable !







Ajouter un commentaire à cette page:
Votre nom:
Votre adresse e-mail:
Votre site web:
Votre message:

 
  Contre La Pollution !!
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
  ( Modérateur )
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
  Publicité
  Site en 24 Langues ! Merci .
  ( Forêt )
LES NORMES EN VIGUEUR, Y COMPRIS LES NOUVELLES NORMES EUROPPEENNES POSENT PROBLEME POUR PLUSIEURS RAISONS :

- D'abord, seuls les rejets dans l'atmosphère sont pris en compte dans le calcul des rejets d'un incinérateur. Or, d'après Greenpeace [1], " La réduction des émissions de dioxine et des métaux lourds dans les fumées semble avoir abouti à un accroissement parallèle du re largage de ces substances dans les cendres résiduelles, qui contaminent notre environnement".

Conclusion : les quantités de polluants rejetées dans l'environnement sont largement sous-estimées.

- Par ailleurs, selon le même rapport, Les nouvelles directives européennes n'ont pas formulé leurs objectifs de réglementation et de contrôle en fonction des impacts sur la santé humaine, mais en fonction de la faisabilité technique.

Cela signifie que les normes s'alignent sur les évolutions techniques en matière de traitement des fumées. Elles ne s'alignent pas sur les recherches en matière de santé.

Pour preuve, la lettre du SMVO de mai 2000 présente un tableau qui compare les rejets garantis par le projet d'incinérateur géant et les normes. Dans ce tableau, on constate qu'une installation à la pointe de la technique parvient tout juste à respecter les normes, dans le meilleur des cas pour les molécules dangereuses comme les dioxines et les furannes, de nombreux métaux lourds (Sb, As, Pb, Cr, Co, Cu, Mn, Ni, V, Sn, Se, Te), les chlorures d'hydrogène, l'oxyde d'azote et d'autres polluants.

- Concernant les rejets dans l'atmosphère, l'incertitude sur les quantités de polluants relargués est liée à la méthode de mesure. En Belgique une étude a montré que la technique de mesure des dioxines sur quelques heures (18 heures dans l'étude) avait sous estimé les émissions de dioxines par un facteur trente à cinquante. Or en France les mesures ont lieu sur des périodes de 6 à huit heures.

En conclusion, il est permis de douter des garanties données par un constructeur en matière de quantité de polluants rejetés dans l'atmosphère.

- Une étude publiée par The Lancet en mai 2001 (cette revue fait autorité au niveau mondial en matière d'études épidémiologiques) montre que même des doses de polluants très faibles ( en dessous des normes ) entraînent des modifications biologiques et des conséquences négatives pour la santé.
  ( Pollution ! )
Être exposé aux polluants atmosphériques c'est entrer en contact avec eux par l'intermédiaire de l'air ambiant. L'effet sanitaire éventuel est lié, notamment à la "dose absorbée". Cette dose est éminemment difficile à mesurer (Plan Régional IDF sur la Qualité de l'Air - PRQA, 1999)
L'impact de la pollution dépend de notre état de santé, de la concentration des polluants dans l'air, de la durée d'exposition, et de l'importance des efforts physiques que nous réalisons.
Ces quatre facteurs sont très importants dans l'évaluation précise de risques sanitaires liés à la pollution chez un individu. Et, ce dernier point est particulièrement sensible dans les zones de loisirs où les activités physiques et sportives sont nombreuses et les enfants plus fragiles présents.

Les véhicules de type diesel sont fortement émetteurs d'oxydes d'azote et de particules fines. En effet, les diesels émettent 30 à 100 fois plus de particules que les véhicules à essence, ce qui constitue 90 % des particules émises par l'ensemble des véhicules !
La composition des particules qui sont présentes dans l'atmosphère reste complexe à déterminer vu qu'elles résultent de mélanges de substances et d'agrégats dont l'origine, la granulométrie et la composition chimique varient en fonction du temps et de l'environnement.
On peut ainsi y relever du carbone, des composés minéraux d'origine tellurique ou anthropique (métaux, sels, nitrates, sulfates, composés organiques : Hydrocarbures Aromatiques Polycycliques (HAP)).
L'adjonction d'additifs dans le gazole pour le rendre plus performant est également à l'origine de la toxicité des particules. Les sulfates et le carbone restent les constituants principaux des particules. De plus, celles qui sont émises par les différentes sources se modifient au cours de leur passage dans l'atmosphère. Par exemple, une particule carbonée d'origine diesel de 0,1 micromètre (µm) peut s'agglomérer avec d'autres particules et s'enrober de nitrates et de sulfates provenant de la transformation chimique des polluants gazeux.
  ( Pollution de l'air )
Dorénavant, les médias relatent quotidiennement les problèmes environnementaux. Les occasions sont malheureusement devenues multiples et la pollution atmosphérique s'impose comme un sujet qui préoccupe de plus en plus les citoyens, les journalistes, les politiques et les gouvernements.
A ce titre, les alertes sont nombreuses comme en témoigne la presse : "En Île-de-France AIRPARIF recommande aux personnes à risques (jeunes enfants, personnes asthmatiques ou allergiques, insuffisants respiratoires chroniques, personnes âgées... ) d'éviter toute activité physique intense et de respecter scrupuleusement les traitements médicaux en cours" (TF1, le 18 juillet 1999) ; "La pollution atmosphérique s'est aggravée en Île-de-France : Tous les éléments étaient conjugués pour que des pics de pollution atmosphérique soient à nouveau enregistrés (...) une météo défavorable, avec du soleil et un vent faible, une circulation routière très intense" (Le Monde, le 30 juillet 1999).

Ces deux extraits de presse écrite et de journal télévisé rendent compte des quatre composantes de la pollution atmosphérique :

* celle-ci est nuisible à la santé des personnes sensibles et vulnérables,
* les activités sportives leur sont déconseillées,
* elle se traduit par des " pics " lors de situations météorologiques anticycloniques,
* elle émane majoritairement du trafic routier.

L'état de la qualité de l'air en Île-de-France est donnée par le réseau de surveillance AIRPARIF.

Ces informations et ces préoccupations relativement récentes (elles datent d'une vingtaine d'années environ) attestent du renforcement des réseaux de mesures de la pollution atmosphérique et expliquent les agitations politiques et gouvernementales.
La journée annuelle "En ville sans ma voiture" dont les avantages ne sont pas perçus unanimement en est un exemple tout comme les efforts très récents des constructeurs automobiles qui nous proposent enfin des moteurs alternatifs (hybrides, électriques...).

Tandis que la loi sur l'air et l'utilisation rationnelle de l'énergie fut promulguée fin 1996, la même année les programmes PRIMEQUAL (qui a pour objectif de dresser un état des connaissances sur les différents aspects de la pollution atmosphérique) et PREDIT (focalisé sur la pollution des transports terrestres) se sont associés sous le terme PRIMEQUAL-PREDIT, programme national de recherche pour une meilleure qualité de l'air à l'échelle locale. Ceci, afin de maintenir la cohérence de toutes les recherches menées dans le domaine de la pollution de l'air urbain. De plus, l'année 1999 a vu apparaître les Plans Régionaux pour la Qualité de l'Air (PRQA) qui répertorient sur une échelle régionale les principaux polluants atmosphériques et l'évolution des sources d'émissions.
9897 Visiteur ! 439358 visiteurs (1873234 hits) Sur le Site !
=> Veux-tu aussi créer une site gratuit ? Alors clique ici ! <=© Contre-la-pollution est un projet indépendant, et à but non lucratif . Toute les agence,de l'écologie ne le regarde pas, Les Associations Naturel et logos associés sont des marques déposées du groupe de Naturel. Tous droits réservés. Copyright, des marques déposées et d'autres droits du matériel de Contre-la-pollution et d'autres services du groupe de Naturel Groupe.. sur ce site Web est possédé par Contre-la-Pollution. Tous droits réservés. Contre-la-pollution ne fait en aucune façon partie d'un autre site écologique et n'appartient en rien au groupe Naturel Groupe. Par conséquent, Naturel Groupe ne saurait être tenu responsable des propos et contenus diffusés sur ce site. Contact us : contre-la-pollution@fr.st - Phone :En Cours ..