Contre La Pollution !!!  
 
  Gardiens de la Terre ! 04/12/2016 16 04 16 (UTC)
   
 
La Vie aime cet asile!
Gardiens de la Terre

Le Soleil, une étoile parmi 10 000 milliards de milliards d'autres!
  Même s'il y en a d'autres, la Terre est unique!
Si tout ce qu'appréhendent nos sens vient de rien, c'est alors que tout est vraiment possible, le meilleur comme le pire, et qu'il est donc permis de rêver d'arracher toutes les espèces vivantes, dont l'homme, des griffes du plus terrible des hominidés, et d'accomplir ainsi ce miracle sur cette planète mère. Ce serait finalement une simple question d'équilibre!

Michel et Tanka, échange du 31 juillet 2009




"La nature s'occupe de créer des individus absolument uniques, alors que la culture n'a inventé qu'un seul gabarit auquel tous doivent se conformer. C'est grotesque."
UG Krishnamurti





Voici maintenant plus de 13,7 milliards d'années, notre Univers -on ne sait pas pourquoi- a subitement jailli du Néant -donc pas si vide que ça et au contraire empli d'une énergie certainement inépuisable et entièrement renouvelable-.

Une immense explosion qu'on appelle le
Big Bang!

Un sacré phénomène!

Ainsi sont nés l'espace en trois dimensions connues et le temps.




Cet univers a grandi, grandi, grandi et, sous l'effet des lois gravitationnelles, sont nées étoiles et galaxies. Aujourd'hui notre Univers, qui n'en finit pas de croître de manière exponentielle, compte pas moins de cent milliards de galaxies qui, elles-mêmes, contiennent cent à deux cent milliards d'étoiles.

Incroyable, mais vrai : il faudrait plus de 1982 milliards de vies humaines pour les énumérer toutes, à raison d'une demi seconde par étoile et une espérance de vie de 80 ans!

Un nombre astronomique qui dépasse l'entendement et donne le vertige.

Notre petit
Soleil est une naine jaune parmi tant d'autres, un grain de sable dans un désert. Son âge est de 4,57 milliards d'années environ. Il existe dans notre seule galaxie plus de 100 millions d'étoiles de type identique. C'est la (relative) petite taille du soleil qui lui donne sa durabilité et donc la stabilité nécessaire de son rayonnement au développement lent de la Vie sur Terre.

Cette étoile, et les planètes qui gravitent autour, se sont constituées à partir d'une étoile qui a explosé, engendrant une nébuleuse de matière contenant du carbone et tous les éléments chimiques propices à la naissance de la vie biologique.
Cette planète a accueilli la Vie!


La Terre a de la chance. Elle est à la bonne distance du Soleil, dans la "zone habitable", ni trop chaude, ni trop froide. Et il y a de l'eau en abondance.

Notre planète a, de plus, une bonne grosse lune pour compagne, ce qui permet au climat terrestre de rester particulièrement stable.

L'ADN, base des molécules biologiquesPourtant, l'atmosphère primitive de la Terre était totalement invivable, brûlante, extrême, et ne contenait pratiquement pas d'oxygène. Beaucoup de gaz carbonique par contre, de l'hydrogène (qui s'est rapidement échappé de l'emprise de la Terre), de la vapeur d'eau, de l'azote, du méthane et de l'ammoniac.

Et bien qu'est-ce qu'ils ont fait les premiers organismes vivants dignes de ce nom qui, au bout d'un milliard d'années, ont réussi à se différencier de la soupe originelle, acide et chaude? Ils se sont tapis sous l'océan primitif, pas trop profondément quand même pour pouvoir capter les rayons du Soleil, et ils se sont mis à métaboliser le gaz carbonique dissous dans l'eau. Ce qui a eu pour effet d'oxygéner progressivement l'atmosphère.

Les organismes qui nous ont précédés ont ainsi produit de l'oxygène et consommé le méthane, ce qui a permis à de nouveaux organismes d'apparaitre. La Terre a été, purement et simplement, terraformée!

Trois milliards d'années tout de même plus tard, la colonisation de la terre ferme était enfin possible. (1)

cerveau humainL'évolution naturelle a fait le reste, en sélectionnant à chaque fois les meilleures adaptations au milieu, améliorations et inventions, de l'algue bleue au petit moi, en passant par le poisson, le serpent, la souris, le lémurien, le singe, l'australopithèque, l'homo habilis, l'homo erectus... la vache! Bref, les organismes se sont, petit à petit, diversifiés, complexifiés. Leur intelligence s'est développée jusqu'au point où nous en sommes actuellement.

Au fil des rotations de la Terre autour du Soleil, la Vie a donc franchi tous les obstacles, relevée tous les défis, fait face à tous les cataclysmes (volcans, météorites, évènements climatiques, radiations solaires, inversions des pôles, épidémies...) Incroyable!

Elle s'est adaptée au pire!

Mais au fait, d'où viennent ces lois fantastiques qui régissent l'évolution de la Vie?

L'évolution des systèmes vivantsSont-elles le fruit du hasard le plus pur? Serions-nous, nous les vivants, du nombre des gagnants d'une gigantesque loterie cosmique?

Ou bien y a-t-il une volonté déterminée qui fait des choix, un principe créateur conscient, avant le Big Bang qui serait dans ce cas un outil; avant la création en général, qui serait par conséquent l'aboutissement d'un projet?

Mais d'abord avant n'a pas de sens, puisque le temps n'existe pas encore au moment du Big Bang!

En fait, à bien y réfléchir, cela changerait quoi de savoir s'il y a intelligence divine ou non?

Certes il y aurait soudainement plus de gens à genoux. Une augmentation de la fréquentation des tapis. Plus d'offrandes. Plus de remerciements. Plus de marionnettes au service des ficelles et empêtrées dans les dogmes. Plus de mou dans les moutons. Plus d'adorateurs. Plus de disciples. Cela siérait-il vraiment au Fabriquant de voir des foules supplémentaires de gens prier béatement, espérant un miracle qui gommerait le côté noir de la Force?

Et d'abord, l'objectif de l'éventuel créateur est-Il de voir ses créatures totalement courbées, soumises, formatées par la matrice? Ne préfère-t-Il pas les hommes libres?

Ce Principe omniscient, omnipotent, cette "essence" (pas celle pour nos voitures) si elle existe, ne s'est-Elle pas cachée dans les replis du monde pour éviter d'être reconnue par ses admirateurs et leur laisser doute et libre-arbitre?

Puisqu'il n'y a pas d'avant, notre interrogation n'est-elle donc pas tout simplement idiote? Dérisoire? Puérile? Futile?

On commence en effet tout juste à savoir comment ce binzzzz s'est accompli, mais quelqu'un saura-t-il un jour pourquoi?

Parce qu'il y en a des pourquoi!
 
Par exemple, pourquoi ce monde plutôt que rien?

Pourquoi de la matière et pas d'antimatière?

Pourquoi l'Energie sombre? (environ 75% de l'énergie total de notre Univers et qui accélère sans cesse son expansion)

Cent milliards de neurones dans le cerveau humain et une moyenne de 10 000 synapses par neurone.Pourquoi la matière noire? (20%. Reste 5% pour la matière que nous connaissons. 5%!!! On ne connait que 5% des forces constituant notre univers!)

Du microcosme au macrocosme, pourquoi ces lois-là, plutôt que d'autres?

Pourquoi la lumière va-t-elle à 299 792 kilomètres par seconde dans le vide et pas à la vitesse de la tortue?

Pourquoi existe-il un zéro absolu (-273,15°C) du côté froid et pas de limites connues du côté chaud?

Pourquoi la vie organique n'a, sur Terre, utilisé que 22 acides aminés, constituant des protéines, alors qu'il en existe une centaine dans la nature?

Au juste, pourquoi la Vie? Pourquoi cet ordre issu du chaos géniteur et qui semble pourtant presque parfait?

Bien qu'il y aurait tout de même à redire.

En effet, pourquoi la proie? Pourquoi le prédateur? Le dominé? Le dominant? Pour permettre la sélection des meilleurs gènes? Oui, mais c'est pas juste au niveau des plus faibles.

Pourquoi la palourde vit-elle 200 ans et nous que la moitié? Eh oui pourquoi?

Pourquoi nous comme dominant suprême et pas le dauphin, l'aigle ou le chêne?

Si un gros caillou n'avait pas percuté la Terre, il y a 65 millions d'années, y aurait-il de nos jours des velociraptors conduisant des automobiles?

Pourquoi par l'amour?Pourquoi l'espèce humaine, qui se prend pour le pyramidion de l'évolution, est-elle, en ce moment même, en train de se suicider à petit feu, en déréglant complètement le fragile climat terrestre? En train d'assassiner sans vergogne toutes les autres espèces animales et végétales? Pourquoi cette folie meurtrière contre nous-mêmes et tout ce qui nous entoure? Pourquoi? Pourquoi?

Pourquoi pas l'Amour?

 

Gardiens de la nature

 

Est-ce notre épisode de prédateur qui nous pourchasse et nous tourmente, nous les anciens paisibles végétariens, batifolant alors dans les grands arbres de la verte forêt?

Sommes-nous seuls dans l'Univers et voulons-nous rester seuls sur la Terre?

Est-ce notre de prédateur carnivore qui nous pourchasse?A l'inverse du Big Bang, faire le vide autour de nous?

Et finalement, pourquoi la faim? Pourquoi la soif? Pourquoi la misère? Pourquoi la maladie? Pourquoi la souffrance? Pourquoi la vieillesse? Pourquoi la mort?

Encore un poil de métaphysique ne nous fera pas de mal.

S'il y a un esprit créateur -on ne peut pas l'écarter!- est-ce que ça valait vraiment le coup de créer un monde imparfait, quoique presque parfait? Est-ce ça valait le coup d'engendrer ce monde-là avec ce carcan précis de lois physiques et chimiques, dont nous sommes tous dépendants et qui nous enchaine aux molécules carbonées? Est-ce que le jeu en valait la chandelle? Simple suggestion : N'existait-il pas d'autres solutions, moins contraignantes, plus éthérées? Une matrice moins rigide, avec moins de règles autoritaires à subir? Et d'abord, n'était-il pas plus simple de continuer à baigner éternellement dans l'intemporel infini? Ce rien, où nous avions probablement tout, tant l'énergie est immense dans le Néant... N'étions-nous pas plus libres?

Oui oui, je sais, on se faisait peut-être chier;o)

Mais alors si l'Engendreur existe, que fait-il? Pourquoi ne nous vient-il pas par exemple en aide? Parce qu'on est dans la mouise, non? N'a-t-il pas prévu d'issues de secours dans son plan?

Si tout provient du hasard, bien sûr, on n'a jamais eu le choix et on est bien obligé d'accepter la situation telle qu'elle est, de faire avec, même si la Nature terrestre n'est qu'à 95% parfaite, même si l'humanité, un de ses fleurons, est actuellement plus une plaie qu'autre chose.

 

Jardinier de la Terre



Un nombre considérable de questions s'entrechoquent, dès qu'on s'éveille un tout petit peu, dès qu'on sort du sommeil magistral.

Et les générations futures, si elles arrivent à survivre (après la disparition des forêts vierges et de la plupart des mammifères sauvages, après l'actuel pillage des énergies fossiles et des ressources métalliques) les pauvres enfants, et les enfants des enfants, et les enfants des petits enfants... se les poseront toujours, ces questions, pendant les 7,5 milliards d'années qu'il reste à la vie terrestre, sous une forme ou sous une autre, avant que notre étoile ne se transforme en géante rouge qui englobera l'orbite de la Terre, et ne s'effondre sur elle-même, pour former une naine blanche d'une taille comparable à celle de notre planète.

Nous appartenons à la famille des grands singesOlala ! Nous, les êtres humains, aurons tout de même réussi, en moins de quelques siècles, à piller la Terre de tous ses trésors, alors qu'il a fallu des milliards d'années à la nature pour les produire.

Allons! Ne soyons pas défaitistes. Ce monde-là, malgré le joug parfois pesant, reste relié par un cordon invisible à la source originelle. L'instinct de survie devrait donc suffire pour enrayer le processus mortifère.

Le problème, c'est que nous avons tellement peur de la mort que nous en avons oublié l'instinct de survie, lequel ne demande pourtant qu'une chose : être réactivé.

Contrairement aux gamins à venir, nous avons, nous, encore des ressources. Et les solutions s'imposent naturellement. Mais il faut agir dans l'instant

A l'exemple du Titanic, il n'est pas forcément recommandé de mettre la barre à gauche ou à droite. Mieux vaut finalement se prendre l'iceberg en pleine poire. Ce qui risque d'arriver dans pas si longtemps que ça, dès la fin des premières ressources. Et la claque nous servira alors forcément de leçon. Au moins nos compartiments étanches ne seront pas endommagés et le titanesque navire ne sombrera pas, corps et âmes.

L'homme doit renaitre!Oui, nous changerons. -Pouvons-nous, du reste, y échapper?- Nous avons vu le gigantesque iceberg et nous changeons déjà. Oui nous muterons, nous évoluerons en apparence, en technologie, en conscience et en sagesse. Nous avons plus d'un tour dans notre sac, non?

Nous sommes la Vie!

Malheureusement, avec les 9 milliards d'êtres humains annoncés en 2050, cela ne se passera pas sans mal. Il y aura l'eau qui manquera. La nourriture. Les forêts anciennes. Le pétrole. Des cataclysmes, des soulèvements populaires, des systèmes totalitaires, des guerres (encore !)... Ce sera dur. Peut-être disparaîtrons-nous comme les dinosaures ? Peut-être un petit nombre survivra, s'adaptant aux circonstances, comme on le fait depuis la nuit des temps ? Et l'humanité se reforgera sur de nouvelles bases, plus en adéquation avec la nature...

Quoiqu'il en soit, nous devrons à l'avenir être moins nombreux, pour que chacun puisse, avec peu, jouir vraiment de la Vie, la vraie qui, chacun le sait, est un bonheur et n'a pas de prix !

L'enfant et le renard

Il serait évidemment souhaitable de remplacer le fric, actuel moteur du vaisseau qui prend l'eau, par des valeurs plus nobles, plus justes, plus respectueuses.

Agissons, dès maintenant. Chacun à notre tout petit niveau et dans la mesure du possible. Nous ne sommes ni de l'hélium, ni du néon. Nous ne sommes pas inertes. Nous pouvons encore réagir avec notre environnement.

Un petit peu par des milliards, ça fait beaucoup.

Faut-il un catalyseur?

Encourageons les dirigeants du monde à s'engager massivement dans la voie verte, qui fait si bien les choses, sans pour autant tourner le dos aux bonnes vieilles applications propres de la science, ni revenir à l'australopithèque, ni même à l'homme de Cro-Magnon.

Bougeons-nous, que diable! Inventons un futur qui vaille le coup. Une communion entre l'homme et la nature, par exemple. C'est encore possible! Refusons le futur que les imprégnations du système cherchent à nous faire gober, comme si nous étions des poissons d'élevage; refusons leur futur qui n'est que de la poudre aux yeux.

Pourquoi pas une communion de l'homme avec la nature?Comme la poudre d'aluminium dans l'acide chlorhydrique, réagissons, individuellement et collectivement.

Ensemble nous sommes une force qui, avec Internet, peut faire des miracles.

Alors on la poursuit cette révolution des planètes?

Devenons vite gardiens de la Terre.

Même s'il y en a d'autres, la Terre est, de toute façon, unique!






college-fw-help@live.fr




Source : http://contre-la-polution.fr.gd/Gardiens-de-la-Terre--ar-.htm

 

 

 
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   

 

sauver la vie, sauver la planète(1) Voir plus de détails sur les débuts du Vivant dansl'homme doit rennaitre !

 

Lamantin en voie de disparition

 


 

Mail, forum, courrier des surfeurs, livre d'or...Vous pouvez contacter notre notre petite équipe bénévoles : college-fw-help@live.fr



Galaxie Sombrero prise par Hubble

  nature

Bonobo : Qu'est-ce que c'est que ce binz?Anne Esperethttp://contre-la-polution.fr.gd  







Ajouter un commentaire à cette page:
Votre nom:
Votre adresse e-mail:
Votre site web:
Votre message:

 
  Contre La Pollution !!
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
  ( Modérateur )
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
  Publicité
  Site en 24 Langues ! Merci .
  ( Forêt )
LES NORMES EN VIGUEUR, Y COMPRIS LES NOUVELLES NORMES EUROPPEENNES POSENT PROBLEME POUR PLUSIEURS RAISONS :

- D'abord, seuls les rejets dans l'atmosphère sont pris en compte dans le calcul des rejets d'un incinérateur. Or, d'après Greenpeace [1], " La réduction des émissions de dioxine et des métaux lourds dans les fumées semble avoir abouti à un accroissement parallèle du re largage de ces substances dans les cendres résiduelles, qui contaminent notre environnement".

Conclusion : les quantités de polluants rejetées dans l'environnement sont largement sous-estimées.

- Par ailleurs, selon le même rapport, Les nouvelles directives européennes n'ont pas formulé leurs objectifs de réglementation et de contrôle en fonction des impacts sur la santé humaine, mais en fonction de la faisabilité technique.

Cela signifie que les normes s'alignent sur les évolutions techniques en matière de traitement des fumées. Elles ne s'alignent pas sur les recherches en matière de santé.

Pour preuve, la lettre du SMVO de mai 2000 présente un tableau qui compare les rejets garantis par le projet d'incinérateur géant et les normes. Dans ce tableau, on constate qu'une installation à la pointe de la technique parvient tout juste à respecter les normes, dans le meilleur des cas pour les molécules dangereuses comme les dioxines et les furannes, de nombreux métaux lourds (Sb, As, Pb, Cr, Co, Cu, Mn, Ni, V, Sn, Se, Te), les chlorures d'hydrogène, l'oxyde d'azote et d'autres polluants.

- Concernant les rejets dans l'atmosphère, l'incertitude sur les quantités de polluants relargués est liée à la méthode de mesure. En Belgique une étude a montré que la technique de mesure des dioxines sur quelques heures (18 heures dans l'étude) avait sous estimé les émissions de dioxines par un facteur trente à cinquante. Or en France les mesures ont lieu sur des périodes de 6 à huit heures.

En conclusion, il est permis de douter des garanties données par un constructeur en matière de quantité de polluants rejetés dans l'atmosphère.

- Une étude publiée par The Lancet en mai 2001 (cette revue fait autorité au niveau mondial en matière d'études épidémiologiques) montre que même des doses de polluants très faibles ( en dessous des normes ) entraînent des modifications biologiques et des conséquences négatives pour la santé.
  ( Pollution ! )
Être exposé aux polluants atmosphériques c'est entrer en contact avec eux par l'intermédiaire de l'air ambiant. L'effet sanitaire éventuel est lié, notamment à la "dose absorbée". Cette dose est éminemment difficile à mesurer (Plan Régional IDF sur la Qualité de l'Air - PRQA, 1999)
L'impact de la pollution dépend de notre état de santé, de la concentration des polluants dans l'air, de la durée d'exposition, et de l'importance des efforts physiques que nous réalisons.
Ces quatre facteurs sont très importants dans l'évaluation précise de risques sanitaires liés à la pollution chez un individu. Et, ce dernier point est particulièrement sensible dans les zones de loisirs où les activités physiques et sportives sont nombreuses et les enfants plus fragiles présents.

Les véhicules de type diesel sont fortement émetteurs d'oxydes d'azote et de particules fines. En effet, les diesels émettent 30 à 100 fois plus de particules que les véhicules à essence, ce qui constitue 90 % des particules émises par l'ensemble des véhicules !
La composition des particules qui sont présentes dans l'atmosphère reste complexe à déterminer vu qu'elles résultent de mélanges de substances et d'agrégats dont l'origine, la granulométrie et la composition chimique varient en fonction du temps et de l'environnement.
On peut ainsi y relever du carbone, des composés minéraux d'origine tellurique ou anthropique (métaux, sels, nitrates, sulfates, composés organiques : Hydrocarbures Aromatiques Polycycliques (HAP)).
L'adjonction d'additifs dans le gazole pour le rendre plus performant est également à l'origine de la toxicité des particules. Les sulfates et le carbone restent les constituants principaux des particules. De plus, celles qui sont émises par les différentes sources se modifient au cours de leur passage dans l'atmosphère. Par exemple, une particule carbonée d'origine diesel de 0,1 micromètre (µm) peut s'agglomérer avec d'autres particules et s'enrober de nitrates et de sulfates provenant de la transformation chimique des polluants gazeux.
  ( Pollution de l'air )
Dorénavant, les médias relatent quotidiennement les problèmes environnementaux. Les occasions sont malheureusement devenues multiples et la pollution atmosphérique s'impose comme un sujet qui préoccupe de plus en plus les citoyens, les journalistes, les politiques et les gouvernements.
A ce titre, les alertes sont nombreuses comme en témoigne la presse : "En Île-de-France AIRPARIF recommande aux personnes à risques (jeunes enfants, personnes asthmatiques ou allergiques, insuffisants respiratoires chroniques, personnes âgées... ) d'éviter toute activité physique intense et de respecter scrupuleusement les traitements médicaux en cours" (TF1, le 18 juillet 1999) ; "La pollution atmosphérique s'est aggravée en Île-de-France : Tous les éléments étaient conjugués pour que des pics de pollution atmosphérique soient à nouveau enregistrés (...) une météo défavorable, avec du soleil et un vent faible, une circulation routière très intense" (Le Monde, le 30 juillet 1999).

Ces deux extraits de presse écrite et de journal télévisé rendent compte des quatre composantes de la pollution atmosphérique :

* celle-ci est nuisible à la santé des personnes sensibles et vulnérables,
* les activités sportives leur sont déconseillées,
* elle se traduit par des " pics " lors de situations météorologiques anticycloniques,
* elle émane majoritairement du trafic routier.

L'état de la qualité de l'air en Île-de-France est donnée par le réseau de surveillance AIRPARIF.

Ces informations et ces préoccupations relativement récentes (elles datent d'une vingtaine d'années environ) attestent du renforcement des réseaux de mesures de la pollution atmosphérique et expliquent les agitations politiques et gouvernementales.
La journée annuelle "En ville sans ma voiture" dont les avantages ne sont pas perçus unanimement en est un exemple tout comme les efforts très récents des constructeurs automobiles qui nous proposent enfin des moteurs alternatifs (hybrides, électriques...).

Tandis que la loi sur l'air et l'utilisation rationnelle de l'énergie fut promulguée fin 1996, la même année les programmes PRIMEQUAL (qui a pour objectif de dresser un état des connaissances sur les différents aspects de la pollution atmosphérique) et PREDIT (focalisé sur la pollution des transports terrestres) se sont associés sous le terme PRIMEQUAL-PREDIT, programme national de recherche pour une meilleure qualité de l'air à l'échelle locale. Ceci, afin de maintenir la cohérence de toutes les recherches menées dans le domaine de la pollution de l'air urbain. De plus, l'année 1999 a vu apparaître les Plans Régionaux pour la Qualité de l'Air (PRQA) qui répertorient sur une échelle régionale les principaux polluants atmosphériques et l'évolution des sources d'émissions.
9897 Visiteur ! 439358 visiteurs (1873251 hits) Sur le Site !
=> Veux-tu aussi créer une site gratuit ? Alors clique ici ! <=© Contre-la-pollution est un projet indépendant, et à but non lucratif . Toute les agence,de l'écologie ne le regarde pas, Les Associations Naturel et logos associés sont des marques déposées du groupe de Naturel. Tous droits réservés. Copyright, des marques déposées et d'autres droits du matériel de Contre-la-pollution et d'autres services du groupe de Naturel Groupe.. sur ce site Web est possédé par Contre-la-Pollution. Tous droits réservés. Contre-la-pollution ne fait en aucune façon partie d'un autre site écologique et n'appartient en rien au groupe Naturel Groupe. Par conséquent, Naturel Groupe ne saurait être tenu responsable des propos et contenus diffusés sur ce site. Contact us : contre-la-pollution@fr.st - Phone :En Cours ..