Contre La Pollution !!!  
 
  Petit Conseils a éviter . . . 04/12/2016 16 04 15 (UTC)
   
 
Même s'ils ne sont pas considérés comme de véritables allergènes, il n'en demeure pas moins que les polluants retrouvés à l'intérieur d'une maison représentent une véritable menace pour tous ceux qui vivent à leur contact et plus particulièrement les allergiques en raison de leur action irritante aggravant et pouvant même déclencher les réactions allergiques (asthme, rhinite, conjonctivite..).

Nous passons plus de 80% de notre temps, soit au minimum 20 heures par jour pour certaines personnes, dans des endroits clos.

Mais à l'intérieur de ces lieux, de nombreux polluants se sont développés, profitant de la plus grande isolation et du confinement dans lequel nous nous sommes installés.

Certains polluants sont présents à des concentrations 10 fois supérieures qu'à celles de l'extérieur.
Une étude publiée en Novembre 2006 par l'observatoire de la qualité de l'air intérieur effectuée dans 74 villes auprès de 1612 habitants résidents dans 567 résidences a révélé que près de 10% des logements étaient pollués par 3 à 8 composés chimiques présents à de très fortes concentrations…(le formaldéhyde est présent dans tous les logements..)

Le monoxyde d'azote, NO et le dioxyde d'azote, NO

  • Gazs émis par les cuisinières à gaz, les veilleuses des chauffe-eau, les poêles à gaz, les cheminées à foyer, les radiateurs et la fumée de tabac.
  • On les retrouve dans les cuisines, garages, salles à manger et chambres
  • Le Monoxyde d'azote est un gaz toxique résultant d'un chauffage mal entretenu et qui provoque chaque année 200 morts ;
  • L'intoxication chronique à faible dose provoque fatigue, vertiges, maux de tête.


aux personnes âgées, enfants et celles présentant des problèmes respiratoires et cardiaques.




Vérifiez régulièrement les équipements et aérez bien la cuisine.


Le dioxyde de souffre S02

Le souffre provient de la combustion du charbon et du fioul.
On le trouve dans des pièces équipées de chauffage à charbon et mazout

Conseils indispensables

  • Aérer
  • Surveiller et entretenir son chauffage

Les composés organiques volatiles, COV et formaldéhyde

  • Les composés organiques volatiles sont des substances chimiques qui se volatilisent à la température ambiante.
  • Ces produits peuvent se retrouver pendant des années dans les habitations.
  • La dégradation des matériaux peut aggraver les manifestations provoquées par ces substances.
  • 80% des logements ont une teneur en formaldéhyde de 5 à 50 fois supérieure à celle de l'extérieur.


Près de 300 substances retrouvées dans :
  • Matériaux de construction, décoration, isolation
  • Peintures
  • Vernis
  • Colles
  • Vitrificateurs
  • Produits d'entretien : nettoyage, désodorisants, détachants, insecticides, bougies parfumées« odeurs fraîches »
  • Déodorants
  • Laques
  • Matériaux d'isolation

Conseils

  • Aérer régulièrement au minimum 30 minutes à toutes les saisons de l'année, hiver comme été.
  • Utiliser des peintures à faible teneur en COV
  • Préférer le bois naturel au bois aggloméré*Changer ses habitudes et éviter d'acheter trop de produits …
  • Porter un masque et des gants jetables si vous effectuez des travaux
  • Entretenir les appareils à combustion
  • Vérifier les tuyaux de raccord
  • Nettoyer les grilles et les bouches d'aération une fois par an
  • Ramoner les conduits de cheminées une fois par an.
  • Vérifier le taux d'Hygrométrie : Une humidité élevée aggrave la concentration des polluants ; le degré d'hygrométrie ne doit pas dépasser 40 à 45% environ.

Le Tabac

C'est le premier des polluants domestiques…


Fninalement, c'est sans doute là que vous passez le plus de temps, puisque vous y dormez. La chambre recèle elle aussi son lot de polluants.  

dans la chambre, aérez quotidiennement et lavez régulièrement, draps, couettes
 
Dans la chambre, aérez quotidiennement et lavez régulièrement, draps, couettes et oreillers pour éviter les acariens. ©  Getty Images
 

 Où sont les risques ?

- Le problème majeur, dans la chambre, ce sont les acariens. Ces fameuses petites bestioles microscopiques qui se logent partout et qui font tant d'allergiques. Cette pièce, et en particulier le lit bien douillet, constitue leur terrain de prédilection. Jugez plutôt : "On estime que le poids d'un oreiller est composé à 10 % d'acariens", sourit le Dr Saldmann. Literie, couvertures, moquette en sont également remplis. Sans oublier les peluches des petits, particulièrement prisées elles aussi.

- Une certaine humidité est souvent présente également, au petit matin, après que vous ayez respiré toute la nuit. L'air ne doit pas être trop sec, sous peine d'attraper mal à la tête, mais il ne doit pas être trop humide non plus, ce qui serait mauvais pour vos bronches.

- Comme pour le salon, peinture et meubles neufs sont susceptibles de dégager des composés organiques volatils et des formaldéhydes, d'autant plus nocifs que dans la chambre, vous les respirez toute la nuit.

 Comment réduire les risques ?

- La principale mesure pour assainir votre chambre consiste à éradiquer les acariens. Plus facile à dire qu'à faire, en réalité. Mauvaise nouvelle : les acariens sont extrêmement nombreux et se logent vraiment partout. Bonne nouvelle : ils détestent le froid. Pour vous en débarrasser, commencez donc par aérer votre chambre en grand au lever. La fraîcheur matinale devrait faire plus que les anesthésier.

- Lavez également régulièrement draps, couettes et oreillers. La literie doit être aérée, toujours pour faire prendre froid aux acariens.

- Une solution radicale pour les peluches de votre enfant : passez-les quelques heures au congélateur (dans des sacs hermétiques, histoire qu'ils ne soient pas en contact avec la nourriture), avant de les mettre dans la machine à laver.

- Attention, ça va peut-être constituer un choc pour vous mais... Interdisez l'accès de la chambre à vos animaux domestiques. Si si, c'est mauvais de dormir au milieu des poils de chiens et de chats.

- Une remarque particulière pour les chambres des tout-petits : là plus qu'ailleurs, évitez à tout prix de les laisser dormir dans une pièce qui vient d'être repeinte ou qui est pleine de meubles flambants neufs. Il faut aérer pendant plusieurs semaines avant que la chambre soit habitable sans que leurs poumons encore fragiles n'en pâtissent.

Ouvrir les fenêtres pour lutter contre la pollution intérieure 

Afin de diluer certains polluants qui ne sont présents qu'à l'intérieur des logements, il faut ouvrir au moins dix minutes par jour.
Afin de diluer certains polluants qui ne sont présents qu'à l'intérieur des logements, il faut ouvrir au moins dix minutes par jour.

L'air intérieur est souvent bien plus pollué que l'air extérieur, notamment en raison de l'utilisation de produits ménagers ou de bricolage.

Les avis sur la pollution de l'air aux particules fines se sont multipliés ces derniers jours dans différentes villes de France. Cela ne doit pas pour autant empêcher d'ouvrir les fenêtres. C'est même tout le contraire : l'air intérieur en effet est bien souvent plus pollué que l'air extérieur.

L'air du logement est pollué par des produits ménagers ou de bricolage, des appareils à combustion, de la moquette, des colles mais aussi les résidus de tabac, les moisissures… Autant de composants dont le cumul peut provoquer des allergies des irritations, des maux de tête.

Il faut donc aérer pour réduire la pollution à la source explique l'INPES (Institut national de prévention et d'éducation pour la santé) dans le cadre d'une campagne d'information diligentée par le ministère de la Santé. «Nous passons quatorze heures par jour en moyenne à notre domicile» rappelle l'Institut. Afin de diluer certains polluants qui ne sont présents qu'à l'intérieur des logements, il faut ouvrir au moins dix minutes par jour.

Mais, surtout, le guide recommande de réduire les émissions de polluants à la source : «Sortez toujours à l'extérieur pour fumer», «n'utilisez jamais en continu des appareils de chauffage d'appoint» pour éviter les émanations de monoxyde de carbone, peut-on lire dans le petit document.

Lutter contre les sources de pollution

Quel est le risque d’une intoxication au monoxyde de carbone, comment l’éviter ?

On ne le voit pas, on ne le sent pas ... et il tue chaque année dans notre région ...
 
  1.8 ko

Le monoxyde de carbone est un gaz inodore, incolore, et sans saveur, donc indétectable par nos sens ... et c’est bien ce qui le rend si dangereux ! Un appareil de chauffage mal réglé, un conduit de fumée non ramoné, des ventilations bouchées « parce qu’on ne veut pas de courant d’air » , et c’est le drame. Le monoxyde de carbone qui se dégage dans un logement va être respiré par les occupants, et se fixer sur l’hémoglobine de leur sang, prenant la place de l’oxygène, et causant une asphyxie. Maux de têtes, nausées, vertiges, vomissements, perte de connaissance ... tels sont les signes de l’intoxication au monoxyde de carbone. Chaque année, ce gaz tue des dizaines de personnes dans notre région ... En 2007, le Nord Pas de Calais a totalisé à lui seul 780 personnes intoxiquées au CO. Neuf décès ont été déplorés.

Tous les types combustibles peuvent être concernés : charbon, gaz, pétrole, ... Mais il existe des moyens de se protéger d’une intoxication : ne jamais boucher les ventilations de la maison, faire entretenir son chauffage tous les ans par un professionnel qualifié, faire ramoner mécaniquement le conduit de fumée, ne pas utiliser les chauffages d’appoint comme les feux à pétrole plus de 2 heures par jour ... Attention également au chauffe-eau installé dans la salle de bains ou la cuisine ... lui aussi doit être entretenu. 



Recycler les lampes

Savez-vous que les lampes "basse consommation" contiennent du mercure ? Recylum, l’éco-organisme chargé de la collecte et du recyclage des lampes met à votre disposition un système de géolocalisation afin de repérer facilement le point de collecte le plus proche le plus proche de chez vous !

Comment faire pour se débarrasser de son véhicule hors d’usage (VHU) sans polluer et en respectant les obligations légales ?

Une campagne d’information vient d’être lancée pour aider les propriétaires dans leurs démarches. Pour trouver le démolisseur-broyeur agréé le plus proche de chez vous .


Comment réduire les causes d’allergies chez moi ?

Les vacances sont finies et avec elles, les escapades au grand air ! A l’heure de la rentrée scolaire, s’annoncent déjà des jours plus froids qui vont nous confiner à l’intérieur de nos maisons, bien à l’abri des intempéries. On s’y retrouve en famille, mais aussi en compagnie d’animaux domestiques et d’autres êtres vivants, parfois insoupçonnés, souvent indésirables : moisissures, acariens, cafards... Tous ces locataires produisent tout au long de leur vie des substances (protéines) invisibles à nos yeux : les allergènes.

Chez les personnes sensibles, les allergènes peuvent être à l’origine de maladies allergiques : conjonctivite, rhinite et bronchite à répétition, eczéma, asthme... La fumée de tabac, les parfums de maison, les cosmétiques, les produits d’entretien, la colle des meubles en bois aggloméré... favorisent l’apparition de ces maladies.

La société des remontées mécaniques de Val Thorens et l'association Mountain Riders sensibilisent les skieurs et snowboardeurs au respect de l'environnement


Savez-vous que l'on ramasse en moyenne 30 000 mégots de cigarettes sous les télésièges de 10 pylones à la fin de chaque saison de ski! (source association mountain-riders.org)

Cela ne m'étonne malheureusement pas. Aujourd'hui encore, j'ai vu devant moi sur le télésiège des skieurs jeter leurs mégots et une bouteille d'eau en plastique.

Afin de sensibiliser les skieurs et les snowboardeurs au respect de l'environnement l'association Mountain Riders édite l'affiche ci dessous.


Photo de l'affiche de Mountain Rider prise à Val Thorens

J'ai remarqué que l'affiche ci dessous était placardée à l'entrée de plusieurs remontées mécaniques sur Val Thorens. Je trouve que c'est une excellente chose.

Quizz pollution ?

Combien de temps faut-il à un mégot de cigarette pour disparaître ?
Il faut entre 1 et 5 ans

Combien de temps faut-il à une canette en aluminium pour disparaître ?
Il faut entre 100 et 500 ans

Combien de temps faut-il à une bouteille en plastique ou un sac en plastique pour disparaître ?
Il faut entre 100 et 1000 ans

durée d'élimination des déchets

sur la santé

L'Homme respire 24h/24. L'action des polluants contenus dans l'air est donc permanente. La pollution peut causer des migraines, des irritations du nez, de la gorge et des yeux, de la toux, de l'asthme, des allergies et des maladies respiratoires cardiovasculaires.

sur la faune et la flore

La pollution a des effets sur tout ce qui respire... et donc les végétaux (maladies, jaunissement des feuilles, chute des aiguilles...) et les animaux (altération de la fertilité, sensibilité plus grande aux agressions extérieures : maladies, parasites...).

sur les milieux

La pollution a des conséquences sur les sols et les zones aquatiques avec par exemple, les pluies acides. Ce sont donc les milieux dans leur ensemble qui sont perturbés.

sur l’augmentation des Gaz à Effet de Serre (GES)

Plus nombreux, les GES piègent de plus en plus de chaleur, ce qui se traduit par un réchauffement de l’atmosphère.

 

 






Ajouter un commentaire à cette page:
Votre nom:
Votre adresse e-mail:
Votre site web:
Votre message:

 
  Contre La Pollution !!
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
  ( Modérateur )
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
  Publicité
  Site en 24 Langues ! Merci .
  ( Forêt )
LES NORMES EN VIGUEUR, Y COMPRIS LES NOUVELLES NORMES EUROPPEENNES POSENT PROBLEME POUR PLUSIEURS RAISONS :

- D'abord, seuls les rejets dans l'atmosphère sont pris en compte dans le calcul des rejets d'un incinérateur. Or, d'après Greenpeace [1], " La réduction des émissions de dioxine et des métaux lourds dans les fumées semble avoir abouti à un accroissement parallèle du re largage de ces substances dans les cendres résiduelles, qui contaminent notre environnement".

Conclusion : les quantités de polluants rejetées dans l'environnement sont largement sous-estimées.

- Par ailleurs, selon le même rapport, Les nouvelles directives européennes n'ont pas formulé leurs objectifs de réglementation et de contrôle en fonction des impacts sur la santé humaine, mais en fonction de la faisabilité technique.

Cela signifie que les normes s'alignent sur les évolutions techniques en matière de traitement des fumées. Elles ne s'alignent pas sur les recherches en matière de santé.

Pour preuve, la lettre du SMVO de mai 2000 présente un tableau qui compare les rejets garantis par le projet d'incinérateur géant et les normes. Dans ce tableau, on constate qu'une installation à la pointe de la technique parvient tout juste à respecter les normes, dans le meilleur des cas pour les molécules dangereuses comme les dioxines et les furannes, de nombreux métaux lourds (Sb, As, Pb, Cr, Co, Cu, Mn, Ni, V, Sn, Se, Te), les chlorures d'hydrogène, l'oxyde d'azote et d'autres polluants.

- Concernant les rejets dans l'atmosphère, l'incertitude sur les quantités de polluants relargués est liée à la méthode de mesure. En Belgique une étude a montré que la technique de mesure des dioxines sur quelques heures (18 heures dans l'étude) avait sous estimé les émissions de dioxines par un facteur trente à cinquante. Or en France les mesures ont lieu sur des périodes de 6 à huit heures.

En conclusion, il est permis de douter des garanties données par un constructeur en matière de quantité de polluants rejetés dans l'atmosphère.

- Une étude publiée par The Lancet en mai 2001 (cette revue fait autorité au niveau mondial en matière d'études épidémiologiques) montre que même des doses de polluants très faibles ( en dessous des normes ) entraînent des modifications biologiques et des conséquences négatives pour la santé.
  ( Pollution ! )
Être exposé aux polluants atmosphériques c'est entrer en contact avec eux par l'intermédiaire de l'air ambiant. L'effet sanitaire éventuel est lié, notamment à la "dose absorbée". Cette dose est éminemment difficile à mesurer (Plan Régional IDF sur la Qualité de l'Air - PRQA, 1999)
L'impact de la pollution dépend de notre état de santé, de la concentration des polluants dans l'air, de la durée d'exposition, et de l'importance des efforts physiques que nous réalisons.
Ces quatre facteurs sont très importants dans l'évaluation précise de risques sanitaires liés à la pollution chez un individu. Et, ce dernier point est particulièrement sensible dans les zones de loisirs où les activités physiques et sportives sont nombreuses et les enfants plus fragiles présents.

Les véhicules de type diesel sont fortement émetteurs d'oxydes d'azote et de particules fines. En effet, les diesels émettent 30 à 100 fois plus de particules que les véhicules à essence, ce qui constitue 90 % des particules émises par l'ensemble des véhicules !
La composition des particules qui sont présentes dans l'atmosphère reste complexe à déterminer vu qu'elles résultent de mélanges de substances et d'agrégats dont l'origine, la granulométrie et la composition chimique varient en fonction du temps et de l'environnement.
On peut ainsi y relever du carbone, des composés minéraux d'origine tellurique ou anthropique (métaux, sels, nitrates, sulfates, composés organiques : Hydrocarbures Aromatiques Polycycliques (HAP)).
L'adjonction d'additifs dans le gazole pour le rendre plus performant est également à l'origine de la toxicité des particules. Les sulfates et le carbone restent les constituants principaux des particules. De plus, celles qui sont émises par les différentes sources se modifient au cours de leur passage dans l'atmosphère. Par exemple, une particule carbonée d'origine diesel de 0,1 micromètre (µm) peut s'agglomérer avec d'autres particules et s'enrober de nitrates et de sulfates provenant de la transformation chimique des polluants gazeux.
  ( Pollution de l'air )
Dorénavant, les médias relatent quotidiennement les problèmes environnementaux. Les occasions sont malheureusement devenues multiples et la pollution atmosphérique s'impose comme un sujet qui préoccupe de plus en plus les citoyens, les journalistes, les politiques et les gouvernements.
A ce titre, les alertes sont nombreuses comme en témoigne la presse : "En Île-de-France AIRPARIF recommande aux personnes à risques (jeunes enfants, personnes asthmatiques ou allergiques, insuffisants respiratoires chroniques, personnes âgées... ) d'éviter toute activité physique intense et de respecter scrupuleusement les traitements médicaux en cours" (TF1, le 18 juillet 1999) ; "La pollution atmosphérique s'est aggravée en Île-de-France : Tous les éléments étaient conjugués pour que des pics de pollution atmosphérique soient à nouveau enregistrés (...) une météo défavorable, avec du soleil et un vent faible, une circulation routière très intense" (Le Monde, le 30 juillet 1999).

Ces deux extraits de presse écrite et de journal télévisé rendent compte des quatre composantes de la pollution atmosphérique :

* celle-ci est nuisible à la santé des personnes sensibles et vulnérables,
* les activités sportives leur sont déconseillées,
* elle se traduit par des " pics " lors de situations météorologiques anticycloniques,
* elle émane majoritairement du trafic routier.

L'état de la qualité de l'air en Île-de-France est donnée par le réseau de surveillance AIRPARIF.

Ces informations et ces préoccupations relativement récentes (elles datent d'une vingtaine d'années environ) attestent du renforcement des réseaux de mesures de la pollution atmosphérique et expliquent les agitations politiques et gouvernementales.
La journée annuelle "En ville sans ma voiture" dont les avantages ne sont pas perçus unanimement en est un exemple tout comme les efforts très récents des constructeurs automobiles qui nous proposent enfin des moteurs alternatifs (hybrides, électriques...).

Tandis que la loi sur l'air et l'utilisation rationnelle de l'énergie fut promulguée fin 1996, la même année les programmes PRIMEQUAL (qui a pour objectif de dresser un état des connaissances sur les différents aspects de la pollution atmosphérique) et PREDIT (focalisé sur la pollution des transports terrestres) se sont associés sous le terme PRIMEQUAL-PREDIT, programme national de recherche pour une meilleure qualité de l'air à l'échelle locale. Ceci, afin de maintenir la cohérence de toutes les recherches menées dans le domaine de la pollution de l'air urbain. De plus, l'année 1999 a vu apparaître les Plans Régionaux pour la Qualité de l'Air (PRQA) qui répertorient sur une échelle régionale les principaux polluants atmosphériques et l'évolution des sources d'émissions.
9897 Visiteur ! 439358 visiteurs (1873212 hits) Sur le Site !
=> Veux-tu aussi créer une site gratuit ? Alors clique ici ! <=© Contre-la-pollution est un projet indépendant, et à but non lucratif . Toute les agence,de l'écologie ne le regarde pas, Les Associations Naturel et logos associés sont des marques déposées du groupe de Naturel. Tous droits réservés. Copyright, des marques déposées et d'autres droits du matériel de Contre-la-pollution et d'autres services du groupe de Naturel Groupe.. sur ce site Web est possédé par Contre-la-Pollution. Tous droits réservés. Contre-la-pollution ne fait en aucune façon partie d'un autre site écologique et n'appartient en rien au groupe Naturel Groupe. Par conséquent, Naturel Groupe ne saurait être tenu responsable des propos et contenus diffusés sur ce site. Contact us : contre-la-pollution@fr.st - Phone :En Cours ..